11 mai 2017 / 11:53 / il y a 3 mois

Virage à gauche du Labour qui promet des renationalisations

LONDRES, 11 mai (Reuters) - Le Parti travailliste britannique veut renationaliser les chemins de fer, les services postaux et une partie du secteur de l'énergie, montre un document divulgué à moins d'un mois des élections législatives anticipées du 8 juin.

Selon ce projet de programme, qui n'avait pas vocation à être rendu public, le Labour dirigé par Jeremy Corbyn entend déplacer le curseur très à gauche, en proposant par exemple d'alourdir la fiscalité des plus aisés et en exigeant des entreprises qu'elles financent l'éducation et la santé.

"Cela nous fournit l'occasion d'offrir une vision différente de la Grande-Bretagne, une Grande-Bretagne plus juste, une Grande-Bretagne plus équitable, une Grande-Bretagne se situant du côté du plus grand nombre et pas de quelques uns", a déclaré Andrew Gwynne, directeur de campagne du Labour, à la chaîne Sky.

Le projet de programme, qui devait être bouclé lors d'une réunion prévue jeudi, a été transmis à plusieurs journaux, témoignant des dissensions qu'il provoque au sein du Labour.

De nombreux députés travaillistes contestent en effet le durcissement amorcé par Jeremy Corbyn depuis qu'il dirige le principal parti d'opposition en Grande-Bretagne.

Ils lui reprochent notamment d'avoir abandonné le centre de l'échiquier politique aux conservateurs de la Première ministre Theresa May, très nettement en tête dans les études d'opinion.

Pour les partisans du dirigeant travailliste, ce programme résolument à gauche est un instrument de transformation et les mesures qu'il prône sont largement défendues.

Certains conservateurs s'en sont au contraire moqués, disant qu'il leur rappelle celui défendu par les travaillistes en 1983.

Qualifié à l'époque de "plus longue lettre de suicide de l'histoire", on lui a attribué la large victoire des Tories, alors conduits par Margaret Thatcher.

La décision de Theresa May de convoquer des élections anticipées a non seulement pris son propre camp par surprise, mais elle a stupéfait l'état-major travailliste et les autres formations d'opposition, tous contraints d'élaborer un programme dans l'urgence, ravivant leurs propres fractures.

Dans son projet de programme, le Labour propose en outre d'encadrer plus strictement les salaires des dirigeants d'entreprises en fixant un rapport maximal d'un à 20 entre le salaire le plus bas et le plus élevé pour toutes les sociétés qui signent des contrats avec le gouvernement.

Il refuse la perspective d'une absence d'accord avec l'Union européenne dans le cadre des négociations sur le Brexit, réfutant la position de Theresa May qui martèle que l'absence d'accord est préférable à un mauvais accord. (Elizabeth Piper, Nicolas Delame pour le service français, édité par Gilles Trequesser)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below