11 mai 2017 / 11:08 / il y a 3 mois

GRAPHES-Les actions défient les mauvaises surprises, jusqu'à quand ?

* Décalage croissant entre MSCI World et surprises économiques:

* bit.ly/2q81UBn

* Grand écart entre les surprises économiques aux USA et en Europe:

* bit.ly/2pBM1lz

* L'Europe protégée par un fort écart de valorisations:

* bit.ly/2r4Qhve

PARIS, 11 mai (Reuters) - Les Bourses mondiales s'accrochent à leurs pics récents en dépit de surprises économiques de plus en plus mauvaises dans de nombreuses économies et de la divergence croissante de leur trajectoire.

L'indice MSCI des principales Bourses mondiales se maintient au-dessus de 460 points, proche de son pic atteint lundi à 460,55 points et en hausse de plus de 9% depuis le début de l'année.

Il a amorcé en février 2016 un mouvement haussier alimenté par l'amélioration de la conjoncture mondiale, qui lui a permis de progresser de près de 30% et de surmonter les phases d'incertitudes liées successivement au vote britannique en faveur de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne en juin dernier, à l'élection présidentielle américaine en novembre, au référendum constitutionnel italien de décembre et à l'élection présidentielle française.

Le retournement de l'indicateur des surprises économiques au sein du G10, qui mesure la différence entre les attentes du consensus des économistes et les chiffres publiés sur une batterie d'indicateurs conjoncturels, a favorisé un fort rebond du MSCI Monde jusqu'à la fin juillet.

Le retournement momentané de cet indice de surprises économiques de la fin juillet à la fin septembre s'est accompagné d'une consolidation du MSCI World, qui a reculé de près de 5% avant de repartir de l'avant avec le redressement de l'indice de surprises économiques.

Graphique : bit.ly/2q81UBn

La dynamique haussière de l'indice MSCI World a profité de la forte synchronisation de l'amélioration économique, illustrée par le redressement simultané des indices de surprises économiques dans toutes les grandes zones d'activité.

Graphique: bit.ly/2q84do9

Mais les évolutions des surprises économiques sont nettement plus divergentes depuis ces dernières semaines, en particulier entre les Etats-Unis et la zone euro.

Graphique: bit.ly/2pBM1lz

Le retournement de l'indice de surprises économiques du G10 fin mars, sous l'impulsion des indices américain, britannique mais aussi émergent, n'a pas empêché le MSCI World d'enregistrer une nouvelle poussée haussière à la faveur de la dissipation des craintes d'un éclatement de la zone euro après les résultats de l'élection présidentielle française et de publications de résultats d'entreprise dans l'ensemble supérieurs aux attentes, aux Etats-Unis et plus encore en Europe.

"Dans le même temps, les révisions à la hausse des prévisions sont devenues, elles aussi, monnaie courante", notent les équipes de recherche de Swiss Life dans leurs perspectives financières du moi de mai.

"Dans une certaine mesure, revoir les estimations de résultats à la hausse peut rendre les valorisations plus attrayantes. Ce n'est pas tout à fait vrai cependant, les valorisations étant élevées en valeur absolue", préviennent-elles.

Pour les analystes de la société de gestion de l'assureur-vie suisse, "les indicateurs de sentiment reflètent un degré d'optimisme économique que les statistiques conjoncturelles effectives ne peuvent pas suivre, en particulier aux Etats-Unis.

Dans ces conditions, "il est difficile d’imaginer d’où pourrait provenir un regain de dynamisme pour les actions à l’heure actuelle."

Pour Patrick Moonen, stratégiste multigestion chez NN Investment Partners, l'écart de valorisation relative des marchés actions et obligataires en zone euro et aux Etats-Unis protège toutefois les actions européennes, qu'il recommande de surpondérer fortement dans les portefeuilles.

Graphique : bit.ly/2r4Qhve

Sources :

* Perspectives financières. Mai 2017. Swiss Life Asset Managers. 11 mai 2017.

* Equity Strategy : Investment case to overweight Eurozone has continued to strengthen. House View. NN Investment Partners. 5 mai 2017.

* Recovery intact, politics in flux. Global Economics Weekly. Barclays. 5 mai 2017 (Marc Joanny, édité par Marc Angrand)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below