5 mai 2017 / 17:19 / il y a 3 mois

Banques-La BoE rend publiques ses exigences totales de fonds propres

par Huw Jones

LONDRES, 5 mai (Reuters) - La Banque d'Angleterre (BoE) a rendu publiques pour la première fois vendredi ses exigences minimales de fonds propres permettant d'absorber les pertes sans faire appel aux contribuables en cas de faillite pour les banques britanniques.

Ces ressources, connues sous le sigle de MREL (Minimum Required Eligible Liabilities), ont été imposées par la directive européenne sur les faillites bancaires adoptée après la crise financière de 2007-2009.

Les MREL incluent les fonds propres durs (CET1) et subordonnés (T2 et AT1) des banques mais également certaines dettes seniors.

La BoE a dit qu'à compter de 2022, les MREL s'établiraient dans une fourchette de 21,6% du total des risques pondérés pour la banque Standard Chartered jusqu'à 25,9% pour Santander.

La banque centrale a aussi donné un ratio moyen indicatif de 22% pour un ensemble de huit banques de plus petite taille, dont Co-operative Bank, Metro Bank, Tesco Bank et Virgin Money.

La BoE avait indiqué le 8 novembre les modalités de calcul du MREL. Les banques devront aussi se conformer à des MREL intérimaires qui entreront en vigueur en 2020.

La banque centrale a déjà communiqué à chaque banque quel sera leur niveau individuel des MREL mais elle les a désormais rendus publics pour améliorer la transparence.

Lors de précédentes publications d'exigences de niveaux de fonds propres minimaux, les investisseurs avaient mis les banques sous pression pour qu'elles s'y conforment avant la date limite fixée par les régulateurs afin de dissiper les doutes sur leur solvabilité.

"Cela va renforcer la pression pour être 'dans le lot'", a dit Rob Moulton, un avocat spécialisé sur les banques au cabinet Latham & Watkins.

Le mise en place des MREL a suscité des interrogations de la part d'intervenants de marché quant à la capacité des marchés obligataires d'absorber les montants de dettes que les banques vont devoir émettre pour s'y conformer dans les temps, estimés à 276 milliards d'euros pour l'ensemble des établissements de l'Union européenne.

Les 30 plus grandes banques mondiales, parmi lesquelles figurent les britanniques HSBC, Barclays, Standard Chartered et RBS doivent aussi respecter un équivalent international mais plus exigeant des MREL, le TLAC (Total Loss Absorbing Capacity) qui entrera en vigueur à peu près en même temps.

"Il serait très utile que la Banque d'Angleterre et les autorités à travers le monde soient très claires sur le fait qu'il y a une période transition jusqu'au point d'aboutissement du TLAC et qu'elles ne s'attendent pas à ce que les banques l'atteignent plus rapidement", a déclaré le directeur général de la British Bankers Association, la fédération bancaire britannique, Simon Hills.

avec William Schomberg; Marc Joanny pour le service français, édité par Patrick Vignal

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below