5 mai 2017 / 15:24 / il y a 6 mois

GRAPHES-Marchés-Les primes de risque sur la France ont déjà beaucoup baissé

PARIS, 5 mai (Reuters) - La perspective d‘une large victoire du pro-européen Emmanuel Macron à l‘élection présidentielle après son arrivée en tête au premier tour du scrutin s‘est déjà accompagnée d‘une nette diminution des primes de risque sur la France et les marchés français.

Le résultat du premier tour a déclenché un mouvement de reprise de risque des investisseurs sur les actifs financiers français et sur l‘euro.

L‘indice CAC 40 a gagné plus de 4%, l‘écart entre le taux de rendement des obligations françaises et allemandes à 10 ans a baissé, passant de près de 80 à moins de 40 points de base, et la devise européenne s‘est appréciée de près de 2% face au dollar.

Plus spécifiquement, la performance relative du CAC 40 par rapport au DAX 30 allemand s‘est sensiblement redressée par rapport au point bas atteint fin février lorsque les investisseurs redoutaient, au vu de la dynamique des sondages d‘intentions de vote, un second tour opposant la candidate du Front national Marine Le Pen et celui de la France Insoumise Jean-Luc Mélenchon, qui avaient tous les deux évoqué une sortie de la France de l‘Union européenne.

La performance relative des Bourses française et allemande n‘a toutefois pas encore retrouvé son niveau moyen depuis début 2015, qui correspond à l‘annonce par la Banque centrale européenne de son programme d‘achats massifs d‘actifs qui avait écarté les risques d‘un éclatement de la zone euro.

Graphique :

bit.ly/2pNXZcX

De même, l‘écart de taux de rendement des obligations française et belge à 10 ans, qui permet de neutraliser l‘effet des variations des taux allemands sur la prime de risque sur la dette française, est repassé en territoire négatif sans avoir jamais dépassé 30 points de base.

Graphique :

bit.ly/2pO2QwL

Surtout, les couvertures qui avaient été mises en place à la veille du premier tour avec la crainte d‘une arrivée en tête de Marine Le Pen, voire d‘un duel Le Pen-Mélenchon au second tour, n‘ont pas été renouvelées avant le second tour.

Cela est particulièrement manifeste sur l‘euro, dont le brusque mouvement d‘appréciation est allé de pair avec un dégonflement spectaculaire de la volatilité implicite des options à 1 mois sur l‘euro-dollar, qui mesure les perspectives de variation dans un sens ou dans l‘autre de la devise.

Graphique :

bit.ly/2pO74m1

Le ratio put/call sur l‘indice CAC 40 n‘a pas non plus retrouvé à l‘approche du second tour les niveaux atteints avant le premier tour, signe d‘une moindre volonté des investisseurs de protéger leurs gains en dépit de la nouvelle poussée à la hausse de la Bourse de Paris.

Graphique :

bit.ly/2p4xBOI

“La dissipation des risques entourant l‘élection présidentielle française permettra aux investisseurs de porter à nouveau leur attention sur les fondamentaux”, note Michael Aflalo, directeur des gestions de BFT Investment Managers. Il souligne que les derniers indicateurs d‘activité confortent le scénario d‘une croissance en zone euro au-dessus de son potentiel.

“Une très grande partie de l‘incertitude est levée et on peut désormais regarder la France et les marchés français avec une bien plus faible prime de risque, en se concentrant sur les fondamentaux”, renchérit Philippe Ithurbide, directeur de la recherche d‘Amundi Investment Management.

“La disparition du risque systémique européen avec l‘évacuation du Frexit, la sortie de la France de l‘Union européenne, et du risque spécifique français confirme bien que les risques liés à l‘élection française étaient surestimés ; les actifs risqués européens et français ont nos faveurs dans les portefeuilles”, ajoute-t-il.

Si l‘horizon s‘est dégagé, des risques persistent, prévient toutefois Michael Aflalo, qui cite une éventuelle déception sur la politique économique aux Etats-Unis, un possible affaiblissement durable du Royaume-Uni post-Brexit ou encore les craintes d‘un fort ralentissement des économies des pays émergents ou du prix des matières premières.

“Le positionnement confiant des marchés implique que, dans le cas peu probable d‘une victoire de Marine Le Pen, le choc renverserait la dynamique avec une dépréciation de l‘euro, un écartement des spreads obligataires, une baisse des marchés actions dans une ampleur bien plus importante qu‘après les résultats du premier tour”, avertit Laurent Clavel, responsable de la recherche macroéconomique chez Axa Investment Management.

Il souligne aussi que si la future politique économique française “sera vraisemblablement pro-réforme, les principales orientations ainsi que l‘agenda européen ne seront clarifiés qu‘après les élections législatives des 11 et 18 juin”.

Sources :

* Politique française : risque marginal pour les marchés et incertitude de politique économique. Investment Research. 5 mai 2017.

* Second tour de l‘élection présidentielle française. Macron vs Le Pen : enjeux et risques. Amundi Asset Management. 3 mai 2017.

* The equity risk premium has room to fall once the French election is behinf us. Equity Strategy. House view. NN Investment Partners ; 5 mai. (Marc Joanny, édité par Dominique Rodriguez)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below