24 avril 2017 / 11:15 / il y a 4 mois

L'excédent primaire 2016 de la Grèce au-dessus de l'objectif-CE

ATHÈNES, 24 avril (Reuters) - L'excédent budgétaire primaire de la Grèce a atteint l'an dernier 4,2% du produit intérieur brut (PIB), un chiffre sensiblement au-dessus de l'objectif fixé par ses créanciers dans le cadre de son programme de renflouement, a annoncé la Commission européenne lundi.

"La mission est de retourner à Athènes aujourd'hui dans le but de conclure un accord technique dès que possible" sur la base de l'accord intervenu avec l'Eurogroupe à la Valette, a déclaré Margaritis Schinas, porte-parole de la Commission européenne lors d'une conférence de presse, ajoutant que les discussions devraient prendre plusieurs jours.

Margaritis Schinas a souligné que l'excédent primaire de 4,2%, c'est-à-dire hors service de la dette, était nettement supérieur à l'objectif de 0,5% fixé par le programme de renflouement et même au-dessus de celui de 2,5% fixé pour 2018.

"Cela confirme la tendance que nous avons relevé à la Commission depuis un certain temps", a-t-il déclaré.

L'institut grec de la statistique Elstat avait dit vendredi que le pays avait réalisé en 2016 un excédent budgétaire primaire de 3,9% du PIB, après un déficit de 2,3% en 2015.

Les chiffres d'Elstat ont été calculés suivant le Système européen des comptes nationaux et régionaux (SEC 2010), qui diffère de la méthodologie utilisée dans le programme de renflouement de la Grèce.

Selon Elstat, l'excédent global, en intégrant les remboursements de la dette, a atteint 0,7% du PIB en 2016 contre un déficit de 5,9% en 2015.

Les analystes expliquent ce résultat par la mise en oeuvre des mesures du plan de sauvetage et des efforts accrus pour améliorer le système de collecte des impôts et des taxes.

Athènes vise un excédent primaire de 1,75% du PIB cette année.

Le plan de sauvetage de la Grèce, le troisième depuis le déclenchement de la crise de la dette il y a sept ans, s'achève en 2018 et le deuxième examen des progrès accomplis sur les réformes a traîné des mois durant, essentiellement en raison d'un désaccord entre l'Union européenne et le FMI sur les objectifs budgétaires.

Le FMI, qui a émis des réserves sur les objectifs élevés d'excédent primaire assignés à la Grèce, doit encore se prononcer sur sa participation au financement de l'actuel plan de sauvetage. L'Allemagne souhaite une telle participation pour pouvoir débloquer de nouvelles aides. (Waverly Colville et Philip Blenkinsop; Claude Chendjou pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below