12 avril 2017 / 10:01 / dans 5 mois

Western Digital conteste le projet de vente des puces de Toshiba

par Makiko Yamazaki

TOKYO, 12 avril (Reuters) - Western Digital estime que la mise en vente de la division puces mémoire de Toshiba enfreint le contrat de coentreprise signé avec le conglomérat japonais et il a prévenu qu‘il ne resterait pas les bras croisés devant une telle initiative.

Le fabricant américain de disques durs, qui exploite une usine de puces avec Toshiba au Japon, juge qu‘une telle cession constitue “une violation très grave des accords de coentreprise”, selon une lettre adressée au groupe japonais que Reuters a pu consulter.

Cette contestation pourrait compliquer la vente de la division évaluée à environ 18 milliards de dollars (16,96 milliards d‘euros).

Toshiba, le deuxième producteur mondial de puces Nand derrière Samsung Electronics, a réduit de dix à quatre le nombre de prétendants pour sa division, selon deux sources au fait du dossier. Les acquéreurs potentiels sont désormais Broadcom associé au fonds Silver Lake Partners, Western Digital, SK Hynix et Foxconn , précisent les sources.

Un porte-parole de Toshiba n‘était pas disponible dans l‘immédiat pour commenter l‘information.

Western Digital estime également que la procédure de vente ne répond pas réellement à l‘intérêt des partenaires de Toshiba et dit vouloir ouvrir des négociations exclusives avec le conglomérat japonais.

Les offres annoncées pour les mémoires de Toshiba varient entre 2.000 et 3.000 milliards de yens (17,16 à 25,75 milliards d‘euros), bien au-dessus de la valeur réelle de l‘activité des puces, peut-on lire dans la lettre datée du 9 avril.

Western Digital considère également que ces offres constituent un problème majeur pour le Japon et les coentreprises, citant spécifiquement le cas de Broadcom pour lequel il émet d‘importantes réserves liées aux récentes transactions effectuées avec le groupe.

La lettre ne fait cependant pas mention d‘une action en justice.

Toshiba, qui a mis en vente des actifs pour renforcer son bilan, a dit en mars anticiper sur l‘exercice 2016-2017 une perte pouvant atteindre 1.000 milliards de yens (8,49 milliards d‘euros) en raison des déboires financiers de sa filiale nucléaire américaine Westinghouse. (avec Taro Fuse et Liana B. Baker; Claude Chendjou pour le service français, édité par Véronique Tison)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below