11 avril 2017 / 14:39 / dans 8 mois

La météo a pénalisé la production viticole mondiale en 2016 (-3%)

* Le recul est cependant moindre qu‘attendu

* Production mondiale de 267 millions d‘hectolitres

* Une chute de 7% en France en raison d‘intempéries

* La consommation mondiale de vin reste stable

PARIS, 11 avril (Reuters) - La production viticole mondiale a reculé de 3% en 2016 en raisons de mauvaises conditions météorologiques, à 267 millions d‘hectolitres, une baisse cependant moins forte qu‘attendu, a annoncé mardi l‘Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV).

“Nous sommes dans une moyenne basse comparativement à ces dernières années”, a déclaré lors d‘une conférence de presse Jean-Marie Aurand, directeur général de l‘OIV, qui avait cependant craint en octobre une chute de 5% de la production mondiale.

Au palmarès des pays producteurs, l‘Italie conserve sa place de leader avec une production de 50,9 millions d‘hectolitres, devant la France (43,5 millions) et l‘Espagne (39,3 millions).

Comparé à 2015, la France affiche toutefois un recul de 7%, à cause notamment des fortes grêles qui ont détruit localement des vignobles.

De mauvaises conditions météorologiques ont également réduit la production de certains pays d‘Amérique du Sud.

“En Argentine, au Chili et au Brésil de fortes inondations ont affecté la production, et l‘Afrique du Sud a subi une grave sécheresse”, a indiqué Jean-Marie Aurand.

La France, troisième exportateur mondial de vin en volume, derrière l‘Espagne et l‘Italie, demeure le premier exportateur en valeur (8.255 millions d‘euros en 2016), grâce à la forte valeur ajoutée de ses vins, selon le bilan de l‘OIV.

La consommation mondiale de vin, quant à elle, s‘est élevée à 242 millions d‘hectolitres, un niveau relativement stable sur les huit dernières années.

Les Etats-Unis confirment leur première place de consommateur mondial de vin avec 31,8 millions d‘hectolitres, devant la France qui en affiche 27 millions.

Par habitant, le Portugal est toujours le premier consommateur de vin avec un score de 54 litres par an. La France est à la seconde place avec une consommation annuelle de 51,8 litres (soit près d‘un litre par semaine et par habitant), malgré une baisse continue de la consommation de vin depuis 1960 dans l‘Hexagone.

“Il y a eu un changement des habitudes alimentaires et de mode de vie. Nous sommes passés d‘une consommation de vin qui faisait partie de la diète quotidienne des Français à une consommation festive, de plaisir, essentiellement les week-ends”, a expliqué Jean-Marie Aurand.

La note de conjoncture de l‘OIV:

bit.ly/2ppBklI

Clément Rouget, édité par Valérie Parent

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below