23 février 2017 / 08:23 / il y a 7 mois

LEAD 2-Barclays - Hausse inattendue du ratio de solvabilité

* Ratio CET1 12,4% c. consensus: 11,8%

* Bénéfice imposable £3,2 mds (consensus: £3,97 mds)

* La structure de défaisance close avec 6 mois d‘avance

* L‘action au plus haut depuis octobre 2015 (Actualisé avec des précisions, cours de Bourse)

par Lawrence White et Andrew MacAskill

LONDRES, 23 février (Reuters) - Barclays a annoncé jeudi une hausse inattendue de son ratio de solvabilité grâce à des cessions d‘actifs accélérées, ce qui a permis à la banque de se constituer des réserves dans l‘anticipation de frais de justice et d‘une détérioration des conditions de marché.

Ce ratio de fonds propres est ressorti à 12,4%, alors que les analystes ne l‘attendaient qu‘à 11,8%. Il implique que la banque n‘a plus besoin d‘envisager un éventuel appel au marché.

“Nous n‘entendrons plus cette question qui fut souvent posée l‘an dernier: Devrez-vous augmenter votre capital? (...) La question devrait maintenant être close”, a déclaré le directeur général Jes Staley à la presse.

Les fonds propres préoccupaient les investisseurs depuis que la Banque d‘Angleterre avait signalé en novembre que la banque avait raté l‘un de ses objectifs dans un scénario de test de résistance, sans pour autant que Barclays doive soumettre un nouveau plan de renforcement de son capital.

La banque a cédé en 2016 sa banque privée asiatique, son activité de cartes de crédit dans le sud de l‘Europe et son activité de banque de dépôt en Italie.

La banque a annoncé également un bénéfice imposable annuel ajusté de 3,2 milliards de livres (3,8 milliards d‘euros), le triple pratiquement des 1,14 milliard dégagés un an auparavant, inférieur toutefois au consensus des analystes livré par elle-même qui était de 3,97 milliards.

Barclays a dit qu‘elle fermerait la structure où sont cantonnés les actifs à céder en juin, soit avec six mois d‘avance. Ces cessions d‘actifs, en particulier africains, s‘intègrent dans une stratégie de recentrage sur les Etats-Unis et la Grande-Bretagne.

Elle a passé un accord avec sa division africaine sur les conditions de leur séparation, au terme de laquelle Barclays Africa recevra 12,8 milliards de rands (939 millions d‘euros) pour financer des investissements exigés par la scission.

“Nous n‘en avons plus que pour quelques mois avant d‘avoir acheté le restructuration de Barclays et je suis plus optimiste que jamais pour 2017 et au-delà”, a dit le directeur général Jes Staley.

“Nous sommes bien placés pour absorber les aléas des années à venir. Il reste un héritage du passé à absorber et nous progressons en ce sens”, a-t-il ajouté.

Le département américain de la Justice a intenté en décembre une action en justice pour fraude contre la banque britannique pour son rôle dans la vente de produits adossés à des créances hypothécaires avant la crise financière de 2008.

Barclays est la seule grande banque, jusqu‘à présent, à contester l‘accusation plutôt qu‘à transiger.

La division banque d‘investissement a dégagé de solides bénéfices de l‘activité de trading obligataire, à l‘exemple des performances de ses concurrentes américaines, à la faveur de marchés instables.

En revanche, les provisions sur créances ont augmenté de 35% à 2,2 milliards de livres, en raison d‘une augmentation des défauts de paiement de la clientèle, en particulier aux Etats-Unis.

L‘action gagnait 3,34% vers 10h10 GMT en Bourse de Londres, dont l‘indice FTSE-100 était stationnaire, tandis que l‘indice sectoriel européen prenait 0,23%.

Wilfrid Exbrayat pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below