21 février 2017 / 21:53 / dans 9 mois

La famille Peugeot favorable à un rapprochement PSA-Opel-Source

PARIS, 21 février (Reuters) - La famille Peugeot, l‘un des trois grands actionnaires de PSA, est favorable au projet de rapprochement entre le groupe automobile français et Opel/Vauxhall, a indiqué à Reuters une source proche du dossier.

PSA a annoncé la semaine dernière étudier une acquisition potentielle de la filiale européenne de l‘américain General Motors. Le projet sera évoqué mercredi lors du conseil de surveillance du groupe sochalien qui précédera la publication de ses résultats annuels jeudi.

Il a également été abordé mardi au conseil de FFP, la holding de la famille Peugeot, ainsi qu‘à celui d‘EPF (Etablissements Peugeot Frères), l‘actionnaire majoritaire de FFP.

L‘Etat français et le chinois Dongfeng Motors sont entrés au capital de PSA lors du sauvetage du constructeur automobile en 2014. Chacun détient actuellement une participation de 13,7%, à parité avec la famille Peugeot fondatrice du groupe.

Le jour même de l‘annonce du projet, le ministère de l‘Economie avait indiqué que l‘Etat soutenait PSA dans sa volonté de renforcer sa taille critique, en tant qu‘actionnaire stratégique soucieux du développement à long terme de la société et de ses intérêts patrimoniaux.

“La famille a considéré elle aussi le sujet et apporté son soutien globalement”, a indiqué la source. Les Peugeot considèrent dans leur grande majorité que l‘opération serait relutive pour PSA car Opel est très présent en Allemagne et en Grande-Bretagne, respectivement premier et deuxième marchés automobiles européens devant la France, et parce que les deux groupes partagent déjà des plateformes communes de véhicules.

Le troisième actionnaire de référence, le constructeur automobile public chinois Dongfeng, a lui aussi développé avec PSA une petite plateforme de voiture à vocation mondiale. Il ne s‘est pas encore exprimé publiquement sur le projet Opel.

PSA multiplie depuis deux jours les démarches pour convaincre l‘Allemagne d‘accepter son projet de reprise d‘Opel, face à la levée de boucliers qu‘il a suscité en raison des inquiétudes sur l‘emploi et l‘avenir des sites. Opel emploie en tout 38.000 personnes, dont la moitié sur le sol allemand et 4.500 sur le sol britannique. (Gilles Guillaume, édité par Wilfrid Exbrayat)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below