20 février 2017 / 17:38 / dans 9 mois

France-Les besoins de financement des collectivités contenus-S&P

* Un recours à l‘emprunt inférieur aux attentes

* Vers une reprise plus nette de l‘investissement en 2017

* Un besoin de financement qui resterait limité

PARIS, 20 février (Reuters) - Le besoin de financement des collectivités locales françaises devrait rester contenu cette année en raison de la poursuite de leurs efforts de gestion et de meilleures perspectives côté recettes, une situation qui pourrait les inciter à accentuer la reprise de leurs investissements, estime Standard & Poor‘s.

Leur recours à l‘emprunt a été limité à 16 milliards d‘euros en 2016, soit moins que les 18 milliards anticipés par l‘agence de notation, après 16,7 milliards en 2015. Il pourrait rester sous ce seuil de 18 milliards cette année comme l‘an prochain, prédit-elle.

Elle fait valoir que l‘ensemble des échelons territoriaux - régions, départements, communes et intercommunalités (bloc communal) - ont montré leur capacité à absorber la baisse des dotations de l‘Etat depuis 2014.

Elles l‘ont fait par une maîtrise de leurs dépenses de fonctionnement, dont la progression devrait être inférieure à 1,2% en 2017 comme en 2018, prédit S&P.

Dans le même temps, leurs recettes, portées notamment par les droits de mutation perçus sur les transactions immobilières, devraient repartir plus nettement cette année et ce d‘autant plus que le gouvernement a accepté de diminuer de moitié la contribution du “bloc communal” au redressement des comptes publics.

Dès lors, les collectivités française devraient être en mesure de dégager un taux d‘épargne brute (la différence entre leurs recettes et leurs dépenses rapportées au total des recettes) stabilisé autour de 12% à 13% après sa forte baisse depuis 2011, ce qui le placerait à un niveau qui reste favorable en comparaison internationale, souligne S&P.

UN SCÉNARIO A L‘ÉPREUVE DES ELECTIONS

Elles seront alors en mesure d‘accentuer la reprise de leurs investissements amorcée en 2016, S&P les anticipant à plus de 50 milliards d‘euros à l‘horizon 2018, un niveau qui n‘a pas été atteint depuis 2014.

Il se traduirait par un besoin de financement représentant 2,5% des recettes totales des collectivités, une proportion qui reste modérée.

La reprise des investissements serait principalement soutenue par le bloc communal, qui a accès au fonds de soutien à l‘investissement local renforcé l‘an passé par le gouvernement, et dans une moindre mesure par les départements.

Ces derniers restent, selon S&P, l‘échelon territorial le plus fragile financièrement, étant confrontés à la baisse des dotations de l‘Etat et des dépenses sociales toujours dynamiques.

Au bout du compte, l‘agence de notation dit s‘attendre à une hausse “graduelle mais contenue” de la dette directe des collectivités françaises, qui atteindrait 154 milliards d‘euros fin 2018, soit 77% de leurs recettes de fonctionnement contre 75% fin 2016.

Elle souligne que son scénario reste dépendant des élections du printemps - présidentielle puis législatives - notamment en ce qui concerne l‘évolution des dotations de l‘Etat.

Le gouvernement de Manuel Valls avait aussi annoncé le remplacement, à compter de 2018, de la dotation globale de fonctionnement des régions par une fraction des recettes de TVA . (Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below