14 février 2017 / 15:30 / dans 9 mois

Admis au musée, l'A380 entre dans la légende

par Tim Hepher

PARIS, 14 février (Reuters) - La France a honoré mardi une icône industrielle européenne, l‘A380 d‘Airbus, en faisant à ce très gros porteur une place au musée de l‘Air et de l‘Espace qui lui confère un statut équivalent au légendaire 747 de Boeing au moment où les interrogations s‘accumulent sur l‘avenir des superjumbos.

Un A380 d‘essai, le quatrième construit et le deuxième à voler en 2005, a quitté Toulouse pour prendre place au Bourget, en banlieue parisienne, avec 50 techniciens qui passeront des mois à l‘adapter pour son exposition au grand public.

L‘appareil, conçu pour transporter jusqu‘à 853 passagers (544 dans sa configuration standard), sera visible à partir de 2018 aux côtés d‘un ancien 747 d‘Air France.

La compagnie française a récemment échangé une commande de deux A380 pour trois exemplaires du plus récent A350, marquant l‘avènement d‘une nouvelle génération d‘avions plus légers après une décennie commerciale en demi-teinte pour le super jumbo.

Mais Airbus veut encore croire que l‘A380 a un avenir, refusant de faire le lien entre son entrée au musée et ses perspectives de ventes. Boeing a d‘ailleurs lui aussi décidé d‘exposer trois exemplaires du 787 Dreamliner dans un musée.

“Les musées ne servent pas simplement à préserver le passé, ils sont aussi une fenêtre sur le futur”, a déclaré Jacques Rocca, président de l‘association Airitage chargée de la préservation de l‘héritage d‘Airbus.

Dans les années 1990, Airbus voyait le futur sous la forme d‘un avion à très forte capacité capable de révolutionner le transport aérien et de remplacer le rentable 747 en reliant les plus grands hubs du monde.

Boeing a choisi une voie différente, développant par la suite un avion plus petit, le 787, tout en assurant ses arrières avec une version modernisée du 747, pour un résultat décevant.

Depuis 2005, l‘A380 a été la vedette des salons aéronautiques, comme celui du Bourget à quelques mètres du musée de l‘Air et de l‘Espace. Airbus et la compagnie de Dubai Emirates, le premier client du super jumbo, mettent en avant l‘affection que les passagers lui vouent.

L‘A380 n‘a toutefois pas suscité le même engouement chez les planificateurs de flottes qui craignaient de ne pas parvenir à le remplir en période d‘incertitudes économiques au moment où les performances de bimoteurs s‘amélioraient.

Airbus prévoit une demande de 1.264 très gros porteurs comme l‘A380 et le 747-8 dans les 20 ans à venir, Boeing seulement 530.

Mais Airbus devrait confirmer lors de la publication de ses résultats annuels la semaine prochaine le retour dans le rouge du programme A380 après le report de livraisons d‘Emirates. Un porte-parole d‘Airbus a réaffirmé les objectifs de l‘avionneur.

Airbus a déjà dû annoncer l‘été dernier une réduction de la production face à la faiblesse de la demande, tandis que Boeing ne construit presque plus de 747.

Sa nouvelle vie au musée de l‘Air et de l‘Espagne évitera à l‘A380 d‘essai de se retrouver au cimetière, la destination de la plupart des prototypes d‘Airbus.

Trois autres avions d‘essai d‘Airbus viendront terminer leur parcours dans un nouveau musée près de Toulouse, Aeroscopia. Parmi eux figure un autre A380, vendu à un prince saoudien pour son usage privé avant l‘annulation de sa commande, privant le “palais volant” de son aménagement intérieur. (Cyril Altmeyer pour le service français, édité par Dominique Rodriguez)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below