2 décembre 2016 / 15:22 / dans 10 mois

Emirates Airlines réclame plus de droits de trafic à Lyon

LYON, 2 décembre (Reuters) - Emirates Airlines et les élus lyonnais ont dénoncé vendredi le refus par le gouvernement français d‘octroyer à la compagnie aérienne émiratie des droits de trafic supplémentaires en dehors de Paris.

A l‘heure où Emirates fête le quatrième anniversaire de l‘ouverture de sa ligne Lyon-Dubaï, qui fait le plein auprès du public d‘affaire et de tourisme, la compagnie se heurte depuis plusieurs années au refus d‘autorisation de sept vols par semaine au lieu des cinq opérés actuellement.

“La France a un système très centralisé avec une direction générale de l‘aviation civile qui favorise le ciel parisien”, a dit à la presse Thierry de Bailleul, directeur général d‘Emirates France. “C‘est une forme de protectionnisme de la compagnie nationale”.

Emirates remplit les cinq vols hebdomadaires de la ligne Lyon-Dubaï après avoir changé le type d‘avions effectuant la liaison en 2016 pour augmenter de 25% ses capacités. La compagnie affiche 646.000 passagers transportés en cinq ans, dont un tiers de Français, un tiers de Dubaïotes, et un dernier tiers d‘asiatiques, d‘Indiens et d‘Australiens.

“Pendant la même période, la Suisse nous a accordé les droits pour deux vols par jour depuis l‘aéroport de Genève, mais nous aurions préféré un vol quotidien sur Lyon”, a ajouté le directeur français de la compagnie émiratie.

Il estime que l‘aéroport de Lyon Saint-Exupéry est sous-desservi par rapport aux autres villes européennes et regrette qu‘il n‘y existe pas de liaison avec les Etats-Unis.

Thierry de Bailleul est soutenu dans sa démarche par la Métropole Lyonnaise dirigée par le maire de Lyon Gérard Collomb, mais aussi la chambre de commerce et d‘industrie, actionnaire de référence de l‘aéroport, et par la direction de l‘aéroport.

“Il faut vraiment aller vers un vol quotidien, c‘est un service qu‘on doit aux clients”, plaide le directeur de l‘aéroport Philippe Bernand, qui dévoile en même temps une croissance de 9% du trafic de l‘aéroport de Lyon, “le plus élevé des aéroports français”.

Tous espèrent que le récent rachat, par Vinci Airport, des parts de l‘aéroport lyonnais détenus par l‘Etat ouvre une nouvelle période de négociation plus fructueuse.

Lyon est la troisième ville française desservie par Emirates, après Paris, qui bénéficie de 20 rotations par semaines et Nice, avec sept rotations.

Catherine Lagrange, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below