15 novembre 2016 / 01:02 / il y a un an

LEAD 6-Poutine limoge son ministre de l'Economie inculpé de corruption

(Actualisé avec limogeage, déclarations du ministre et du Kremlin)

par Svetlana Reiter et Vladimir Soldatkin

MOSCOU, 15 novembre (Reuters) - Vladimir Poutine a limogé mardi le ministre russe de l‘Economie, Alexeï Oulioukaïev, interpellé dans la nuit de lundi à mardi et inculpé pour corruption et extorsion.

Oulioukaïev, un technocrate âgé de 60 ans dont le ministère supervise les privatisations d‘entreprises publiques, est le plus haut responsable russe interpellé dans l‘exercice de ses fonctions depuis la chute de l‘Union soviétique en 1991.

Accusé d‘avoir touché un pot-de-vin de 2 millions de dollars versé par le groupe pétrolier public Rosneft, il a été placé en détention pour une durée de deux mois, jusqu‘au 15 janvier, et risque jusqu‘à quinze ans de prison s‘il est reconnu coupable.

Vêtu d‘un costume bleu, Oulioukaïev a déclaré à un tribunal moscovite qu‘il niait toute malversation. Il a ajouté qu‘il était dans son intérêt de coopérer à l‘enquête car il tenait à sa réputation.

Le Comité d‘enquête fédéral, principal organe chargé des poursuites judiciaires en Russie, a accusé le ministre de l‘Economie d‘avoir extorqué à Rosneft 2 millions de dollars en échange de son feu vert pour le rachat par le groupe pétrolier de son concurrent Bachneft, pour un montant de 5 milliards de dollars.

Dmitri Peskov, le porte-parole du Kremlin, a dit à la presse que Vladimir Poutine avait perdu confiance en son ministre, qu‘il l‘avait donc limogé, tout en ajoutant que son arrestation n‘avait rien à voir avec le dossier Bachneft.

“Il s‘agit d‘accusations graves”, a également déclaré Dmitri Peskov, que cite l‘agence de presse Itar-Tass. “Dans tous les cas, seul un tribunal sera en mesure de décider de quoi que ce soit”, a-t-il poursuivi.

PIÉGÉ

Alexeï Oulioukaïev, dont les communications étaient sur écoutes, a été piégé par des enquêteurs qui se sont fait passer pour des intermédiaires, dit-on de sources proches de l‘enquête. Il a été interpellé alors qu‘il acceptait un pot-de-vin de deux millions de dollars (1,85 million d‘euros).

Son avocat, Timofeï Gridnev, a déclaré à Reuters que son client avait été interpellé au siège de Rosneft. Il a ajouté qu‘Oulioukaïev avait clamé son innocence, niant avoir touché la moindre commission.

Alexeï Oulioukaïev a été remplacé à titre provisoire par le vice-ministre de l‘Economie, Evguéni Iéline.

Le rachat de Bachneft par Rosneft a été l‘enjeu de rivalités entre clans au Kremlin, dit-on à Reuters de sources proches de l‘accord et du gouvernement.

Le gouvernement russe a conclu en octobre la vente à Rosneft d‘une participation de contrôle dans la compagnie pétrolière Bachneft à Rosneft, pour 329,69 milliards de roubles (4,75 milliards d‘euros).

Mais le patron de Rosneft, Igor Setchine, l‘un des hommes les plus puissants de Russie et un proche lieutenant de Vladimir Poutine, a dû se battre pour avoir ce feu vert. Car les tenants du libéralisme économique au sein du gouvernement, dont certains sont liés au Premier ministre Dmitri Medvedev, s‘y opposaient farouchement, estimant que Bachneft devait revenir à des investisseurs privés.

A l‘origine, Oulioukaïev, qui a supervisé la vague de privatisations du gouvernement destinées à réduire l‘endettement de l‘Etat, s‘était opposé au rachat de Bachneft par Rosneft, mais il a fini par signer l‘accord en ce sens.

INTERROGATIONS

Oulioukaïev avait reçu le portefeuille de l‘Economie en juin 2013. Il ne fait pas partie du cercle rapproché de Poutine, qui est dominé par des tenants d‘un rôle éminent de l‘Etat dans l‘économie.

Il ne fait pas pour autant partie du cercle des libéraux. C‘est en revanche un proche d‘Andreï Kostine, l‘influent patron de la deuxième banque de Russie, VTB. Oulioukaïev dirige le conseil de surveillance de VTB, banque qui est dans le giron de l‘Etat.

Pour Alexandre Chokhine, directeur de l‘Union russe des industriels et entrepreneurs qui fut brièvement ministre de l‘Economie dans les années 1990, un doute entoure les accusations portées contre Oulioukaïev.

La cession de Bachneft, explique-t-il, s‘est faite au prix du marché. Dans ces conditions, il est étrange qu‘il ait été nécessaire qu‘une commission occulte soit versée alors même que tout le monde était d‘accord sur le montant de la transaction.

D‘autres s‘étonnent aussi de la modicité relative du pot-de-vin présumé.

Selon Christopher Granville, directeur à TS Lombard Research, l‘arrestation d‘Oulioukaïev pourrait être liée à la prochaine mise en vente d‘une part de 19,5% du capital de Rosneft. Le groupe devrait racheter cette part lui-même avant de la revendre à des investisseurs dans un deuxième temps.

“Des gens influents veulent prévenir toute obstruction lors de la prochaine étape de la privatisation de Rosneft”, dit-il. (Avec Katia Goloubkova et Denis Pintchouk; Julie Carriat, Eric Faye, Danielle Rouquié, Henri-Pierre André et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below