31 octobre 2016 / 10:47 / dans un an

LEAD 2-GE rachète Baker Hughes pour grossir dans le parapétrolier

(Actualisé avec précisions et contexte)

31 octobre (Reuters) - Misant sur la remontée des cours du pétrole, le conglomérat américain General Electric a annoncé lundi son intention de fusionner ses activités dans le pétrole et le gaz avec le numéro trois mondial des services au secteur, son compatriote Baker Hughes.

GE détiendra 62,5% du nouvel ensemble, qui réalisera un chiffre d‘affaires total de 32 milliards de dollars (29,2 milliards d‘euros), le solde étant aux mains des actionnaires actuels de Baker Hughes.

Ces derniers recevront un dividende exceptionnel de 17,50 dollars par action à l‘issue de l‘opération, soit un total de 7,4 milliards de dollars.

Baker Hughes affichait une capitalisation boursière d‘environ 26 milliards de dollars à la clôture de Wall Street vendredi.

Les autorités de la concurrence avaient bloqué en mai le projet de fusion entre Baker Hughes et son rival Halliburton , évalué à 34,6 milliards de dollars lors de son annonce en novembre 2014.

Le rapprochement annoncé lundi créera le deuxième fournisseur mondial de services au secteur par le chiffre d‘affaires derrière Schlumberger.

Le projet est lancé alors que les producteurs nord-américains de pétrole et de gaz naturel relancent la production de certains de leurs puits après le quasi-gel de l‘activité provoquée par la chute du prix du baril à partir de la mi-2014.

Le cours de l‘or noir a augmenté de près d‘un tiers depuis le début de cette année pour remonter à près de 50 dollars le baril.

UN NOUVEL ACTEUR “IDÉALEMENT PLACÉ”, DIT JEFF IMMELT

Les activités de pétrole et de gaz de GE, qui commercialisent entre autres des pompes et des compresseurs utilisés dans l‘exploration et la production, ont représenté en 2015 14% du chiffre d‘affaires global du groupe (117 milliards de dollars selon les données Reuters).

Baker Hughes fournit pour sa part une large gamme de produits, de services et de technologies aux compagnies pétrolières et gazières.

“Cette opération créer un leader du secteur, idéalement placé pour croître sur n‘importe quel marché”, a déclaré le directeur général de GE, Jeff Immelt, cité dans un communiqué.

Lorenzo Simonelli, le directeur général de GE Oil & Gas, sera directeur général du nouvel ensemble, dont Immelt présidera le conseil d‘administration, le directeur général de Baker Hughes, Martin Craighead, héritant de la vice-présidence.

Le rapprochement est censé se traduire par une augmentation du bénéfice par action de GE de quatre cents à compter de 2018 et de huit cents à partir de 2020.

Le conglomérat a revu en baisse il y a dix jours ses prévisions de chiffre d‘affaires et de bénéfice annuels pour prendre en compte l‘impact de la baisse des cours du pétrole sur ses activités d‘infrastructures de pétrole et de gaz.

La semaine dernière, réagissant à des informations de presse, GE et Baker Hughes avaient déclaré être en discussions en vue de possibles partenariats, sans plus de précision. Le Wall Street Journal avait le premier rapporté jeudi qu‘ils étaient en discussions.

L‘action Baker Hughes gagnait 12% à 66,20 dollars dans les transactions en avant Bourse lundi et General Electric 0,3% à 29,32 dollars.

Ankit Ajmera et Swetha Gopinath à Bangalore; Marc Angrand pour le service français, édité par Patrick Vignal

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below