24 février 2016 / 18:00 / dans 2 ans

GRAPHES-Les cours du pétrole, déterminants même pour les devises majeures

LONDRES, 24 février (Reuters) - L‘effondrement des cours du pétrole est devenu un facteur déterminant du marché des changes en faisant plonger les anticipations d‘inflation, soulignant ainsi les effets décroissants des politiques monétaires ultra-accommodantes des banques centrales.

Les variations des cours du pétrole ont de longue date été l‘explication déterminante de celles des devises de grands pays producteurs comme le Canada, la Norvège ou la Russie.

Plus récemment, avec la relative stabilisation du cours du baril de Brent entre 30 et 32 dollars, les baisses de cours ont soutenu l‘euro et le yen tout en pénalisant le dollar et la livre sterling.

Graphique sur le renforcement de la corrélation inverse entre euro, yen et franc suisse et pétrole:

tmsnrt.rs/1T409Ab

“La forte chute (du pétrole) a accru les risques de déflation déjà élevés, provoquant une poussée d‘aversion pour le risque”, explique Thanos Vamvakidis, responsable de la recherche sur les devises du G10 de Bank of America Merrill Lynch.

“Cela a soutenu le yen et l‘euro, qui sont toutes deux des devises de financement, contre le dollar et la livre sterling”, relève-t-il.

La pression déflationniste a poussé les intervenants de marché à reporter dans le temps les hausses de taux de la Réserve fédérale et de la Banque d‘Angleterre.

Les programmes d‘achats d‘actifs massifs de la Banque centrale européenne et de la Banque du Japon, couplés à des taux d‘intérêt négatifs, ont fait de l‘euro et du yen des devises privilégiées de financement pour les prises de positions sur des monnaies à rendements plus élevés et des actifs risqués comme les actions, en période de faible volatilité sur les marchés.

Ces positions sont débouclées en période d‘incertitude économique ou de marché lorsque les investisseurs se tournent vers les valeurs-refuges et devises de pays aux comptes courants structurellement excédentaires.

Ce débouclage a entraîné une appréciation des devises de financement et mis en exergue l‘incapacité des banques centrales à affaiblir leur devise en dépit de l‘adoption de taux d‘intérêt négatifs.

Le franc suisse entre aussi dans cette catégorie des devises de financement, la Banque nationale suisse appliquant des taux négatifs et la Suisse affichant un important excédent des comptes courants.

La traditionnelle corrélation inverse entre les cours du dollar et ceux du pétrole et des matières premières, dont les prix sont libéllés dans la devise américaine, s‘est quant à elle estompée au cours des dernières semaines avec le recul des anticipations de nouvelles hausses des taux directeurs de la Fed dans un contexte de forte volatilité des marchés.

Anirban Nag, Nigel Stephenson pour le graphique, Marc Joanny pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below