3 février 2016 / 11:59 / dans 2 ans

LEAD 2-Ford réduit ses effectifs en Europe, où GM souffre toujours

* Ford va supprimer plusieurs centaines de postes sur 10.300

* Le groupe est bénéficiaire sur le marché européen

* GM vise un retour à l‘équilibre en Europe cette année

* Il estime que sa structure de coûts y est appropriée (Actualisé avec GM)

par Andreas Cremer

BERLIN, 3 février (Reuters) - Ford a annoncé mercredi son intention de supprimer plusieurs centaines d‘emplois administratifs et d‘encadrement en Europe et d‘y renouveler sa gamme pour conforter le retour à la rentabilité réussi l‘an dernier.

General Motors, de son côté, a fait état d‘une nouvelle perte sur le marché européen en 2015 mais a assuré qu‘il allait renouer avec les bénéfices sur le Vieux Continent.

Les deux grands constructeurs américains ont subi des années de lourdes pertes en Europe, où la chute des ventes a ramené le marché automobile à son plus bas niveau depuis 20 ans avant une reprise amorcée en 2014.

Même s‘il a dégagé un bénéfice annuel de 259 millions de dollars (234 millions d‘euros) en Europe en 2015, le premier depuis 2011, Ford veut réduire ses effectifs dans la région, entre autres par le biais d‘un plan de départs volontaires.

“Nous voulons être sûrs d‘avoir cette base stable pour bâtir une entreprise durable à l‘avenir”, a déclaré Jim Farley, tout en évoquant un objectif de marge opérationnelle de 6% à 8% à long terme, contre moins de 1% en 2015.

Ford poursuit ainsi la rationalisation de ses activités en Europe, où le groupe a déjà fermé trois usines -- une en Belgique et deux en Angleterre -- et supprimé des milliers de postes.

General Motors, lui, a précisé avoir réduit les pertes de ses activités européennes de 25% et la perte d‘exploitation annuelle de GM Europe a diminué de plus de 40%, à 813 millions de dollars.

Le directeur financier du groupe, Chuck Stevens, a déclaré que le retour à l‘équilibre en Europe cette année était “une priorité pour l‘ensemble du groupe”.

Il a ajouté que GM avait déjà pris des mesures de restructuration et disposait désormais de “la bonne structure de coûts”.

Pour les analystes, même si la demande a repris en Europe, la rentabilité est vouée à rester faible en raison de la concurrence, des surcapacités, du niveau élevé des coûts de structure et de la réglementation.

Parmi les grands constructeurs européens, Fiat Chrysler a revu en hausse la semaine dernière ses prévisions pour la région Europe-Moyen-Orient-Afrique, disant tabler sur une marge d‘exploitation ajustée de plus de 4% d‘ici 2018 contre 1% l‘an dernier. (avec Agnieszka Flak et Jan Schwartz; Wilfrid Exbrayat, Benoît Van Overstraeten et Marc Angrand pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below