4 décembre 2015 / 21:35 / dans 2 ans

LEAD 2-Wall Street portée par les chiffres de l'emploi

* Le Dow Jones a gagné 2,12%, le S&P 500 2,05% et le Nasdaq Composite 2,08%

* Sur la semaine, le Dow et le Nasdaq ont pris 0,3% et le S&P 500 0,1%

* Les financières ont profité de la perspective d‘une hausse des taux (Acutalisé avec d‘autres financiers)

par Sweta Singh

NEW YORK, 4 décembre (Reuters) - La Bourse de New York a fini en hausse de plus de 2% vendredi, portée par des chiffres de l‘emploi pour le mois de novembre supérieurs aux attentes, suggérant que la conjoncture américaine est suffisamment solide pour encaisser une désormais très probable hausse des taux d‘intérêt dans 12 jours.

L‘indice Dow Jones a gagné 2,12%, soit 369,96 points, à 17.847,63 points. Le S&P-500, plus large, a pris 42,07 points, soit 2,05%, à 2.091,69. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 104,74 points (+2,08%) à 5.142,27.

Wall Street a ainsi plus qu‘effacé sa forte baisse de jeudi accusée dans la foulée du mauvais accueil réservé par les investisseurs aux nouvelles mesures d‘assouplissement monétaire de la Banque centrale européenne (BCE).

La poussée de ce vendredi permet aux trois indices de Wall Street de sortir du rouge sur l‘ensemble de la semaine, avec un Dow Jones qui affiche un gain de près de 0,3%. Le S&P dégage une progression hebdomadaire de 0,1% et le Nasdaq une hausse de 0,3%.

Le marché du travail américain a été encore plus dynamique qu‘attendu en novembre, avec la création de 211.000 postes le mois dernier et des chiffres de septembre et octobre qui ont été révisés en hausse, de 35.000 au total, par rapport aux estimations antérieures.

Le taux de chômage, lui, est resté stable à 5,0%, son plus bas niveau depuis sept ans et demi, malgré une légère remontée, à 62,5%, du taux de participation à la population active, qui mesure la part des Américains en âge de travailler qui occupent ou recherchent activement un emploi.

Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne 200.000 créations d‘emploi en novembre et un taux de chômage inchangé.

L‘UE FERME UN DOSSIER ANTITRUST VISANT DES BANQUES

A la suite des données de l‘emploi, les dérives sur fed funds suggèrent que les courtiers estiment désormais à 80% les chances de de voir la Réserve fédérale relever ses taux lors de sa réunion du 15 et 16 décembre, contre un ratio de 79% avant la statistique.

Le secteur financier, qui tire mécaniquement parti d‘une hausse du loyer de l‘argent, a affiché la plus forte hausse du jour avec un gain de 2,64%

Les banques, à l‘instar de Bank of America Merrill Lynch (+2,89%), Citigroup (+2,95%), Goldman Sachs (+2,59%), JPMorgan Chase (+3,18%) et Morgan Stanley (+2,52%) ont également été soutenues par la décision de la Commission européenne d‘abandonner des charges les visant, ainsi que huit autres banques internationales, dans un dossier antitrust lié à des swaps de défaut de crédit (CDS).

Après sa chute de jeudi, l‘indice dollar a repris 0,64% à la faveur de la perspective confortée de voir la Fed relever bientôt ses taux d‘intérêt.

Le compartiment pétrolier est le seul des dix grands secteurs de l‘indice S&P 500 à être resté dans le rouge (-0,53%), sous le coup de l‘incapacité des pays membres de l‘Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) à s‘accorder sur un plafond de production du brut malgré le bas niveau du prix de l‘or noir.,

Les cours du brut ont perdu quelque 2% après la réunion de l‘Opep, qui a également entraîné un retournement à la hausse du prix des emprunts du Trésor.

“La décision de l‘Opep a joué pour beaucoup (dans ce retournement à la hausse) parce qu‘une baisse des cours du pétrole induit une moindre inflation en 2016, évolution qui va tirer vers le bas le rendement du papier long”, a dit Dimitri Delis, chargé de la stratégie taux chez Piper Jaffray.

Le titre Avon Products a gagné 5,77% à 4,22 dollars après des actionnaires financiers emmenés par Barington Capital ont proposé un projet de restructuration de la société de cosmétiques, qu‘ils jugent “nettement sous-évaluée”, et ont mis en garde contre l‘hypothèse d‘une vente des activités nord-américaines à Cerberus Capital, évoquée jeudi par plusieurs sources. (Benoit Van Overstraeten pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below