6 octobre 2015 / 12:06 / il y a 2 ans

LEAD 1-Le gouvernement français apporte un soutien appuyé à Air France

* L‘exécutif juge des efforts de redressement indispensables

* Hollande et Valls en appellent à un dialogue social apaisé

* Valls pour de lourdes sanctions après les incidents de lundi (Avec Hollande, déclarations supplémentaires, contexte)

ROISSY, Val-d‘Oise, 6 octobre (Reuters) - François Hollande et Manuel Valls ont apporté mardi un soutien appuyé à la direction d‘Air France, au lendemain des violences qui ont suivi l‘annonce d‘un nouveau plan de redressement de la compagnie aérienne française.

En déplacement au Havre, le chef de l‘Etat a déploré les conséquences négatives sur l‘attractivité de la France des images, qui ont fait le tour du monde, de deux hauts responsables de l‘entreprise molestés par des manifestants.

“A l‘inverse, un dialogue responsable, avec un patronat qui prend les décisions qui sont attendues et des responsables syndicaux qui jouent la carte (...) du compromis et de la négociation, c‘est un atout de plus”, a-t-il ajouté.

Manuel Valls est pour sa part allé rencontrer au siège d‘Air France, sur l‘aéroport de Roissy, les dirigeants de l‘entreprise, dont le directeur des ressources humaines et le responsable de l‘activité long-courrier, pourchassés lundi par des salariés en colère qui ont arraché leurs vêtements.

Aux côtés du PDG d‘Air France-KLM, Alexandre de Juniac, et de Frédéric Gagey, celui d‘Air France, il a défendu la nécessité de nouveaux efforts face à la concurrence mondiale.

“Le gouvernement, l‘Etat, soutient Air France, qui a besoin de relever des défis considérables”, a déclaré le Premier ministre. “Je suis là pour soutenir la direction dans cette entreprise de redressement, d‘efforts indispensables.”

“La lucidité oblige chacun à se rendre compte qu‘il faut des efforts et qu‘on ne peut pas en rester au statu quo”, a ajouté le Premier ministre, qui a également dit adresser un message de confiance à la fois à la direction et au personnel du groupe.

“SOUS LE CHOC”

Les violences de lundi ont interrompu le comité central d‘entreprise lors duquel la direction, faute d‘accord avec le personnel navigant, a notamment annoncé 2.900 suppressions de postes et le retrait de 14 avions de sa flotte long-courrier d‘ici 2017.

Manuel Valls a, lui aussi, déploré l‘image donnée à l‘étranger de la France et de sa compagnie aérienne par ces incidents, dont il a dit redouter l‘exploitation.

“Air France est sous le choc et quand Air France est sous le choc, c‘est toute la France qui est sous le choc, marquée par les événements qui se sont déroulés hier”, a-t-il déclaré en demandant de lourdes sanctions, y compris pénales.

Il a estimé que l’“immense majorité” des salariés du groupe ne toléraient pas de tels comportements de “voyous” et exhorté les syndicats, dont il a rencontré les principaux responsables, à condamner “sans ambiguïté” les incidents de lundi.

“Il y a des voix fortes qui se sont élevées du côté des partenaires sociaux pour condamner ce qui s‘est passé hier. Il y a eu malheureusement des voix, aussi, ambigues”, a-t-il dit.

Manuel Valls en a aussi appelé à la responsabilité des pilotes et de leur syndicat. Il a assuré que la porte du dialogue était toujours ouverte mais pas sous la menace.

L‘extrême gauche a pris le contrepied de l‘indignation de la majorité du monde politique et imputé les incidents de lundi à l‘attitude de la direction d‘Air France, jugée “provocatrice” et “insupportable” par le secrétaire national du Parti communiste.

“Ce plan de licenciement de 2.900 postes est une énorme violence sociale”, a déclaré Pierre Laurent à Public Sénat. “Evidemment, on peut condamner (...) les actes commis. Mais il faut mettre tout sur la table, dans ce cas, et aussi l‘attitude scandaleuse et méprisante de la direction.”

Le dirigeant du Parti de gauche Jean-Luc Mélenchon s‘indigne pour sa part sur les réseaux sociaux des réactions de la “meute” des “bien-pensants”, à qui “la mort sociale” à laquelle sont condamnés les licenciés économiques ne tire pas une larme. (Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below