for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Sociétés

GESTION-Prudence à court terme sur les actions-LBPAM

PARIS, 24 septembre (Reuters) - La prudence s’impose à court terme sur les actions en raison de valorisations tendues sur fond de perspectives incertaines, dit-on à La Banque Postale Asset Management (LBPAM).

Le scénario de base des marchés, qui misait sur une sortie de crise dans l’espoir de la découverte rapide d’un vaccin, était peut-être trop optimiste, ont fait valoir jeudi les stratégistes de la société de gestion, Hervé Goulletquer et Stéphane Déo, lors d’un point de presse à Paris.

La situation sanitaire n’est toujours pas stabilisée et le risque politique fait son retour en force avec l’élection présidentielle américaine de novembre, qui s’annonce serrée, sans oublier la persistance des tensions entre les Etats-Unis et la Chine ainsi que les difficiles négociations entre Londres et Bruxelles sur l’après-Brexit, ont-ils souligné.

Après une phase initiale extrêmement marquée, le rebond de la croissance économique se poursuit mais à un rythme moins effréné et le niveau de surprises économiques positives revient lui aussi à des niveaux plus bas, a expliqué Stéphane Déo.

“La reprise sera spectaculaire au troisième trimestre mais sans doute moins vigoureuse ensuite, avec un profil en forme d’aile d’oiseau”, a-t-il dit.

“Dans ce contexte, nous sommes relativement prudents sur les actions pour les prochains mois.”

Dans ses vues à trois mois, LBPAM adopte un positionnement négatif sur les obligations souveraines et neutre sur les actions comme sur le crédit.

Du côté des actions, l’exposition est neutre sur toutes les zones géographiques, avec des attentes de rendement de -1% pour l’ensemble des pays développés et la Chine et de -2% pour les autres pays émergents.

Il existe cependant des raisons de demeurer constructif à moyen terme, à commencer par l’impressionnant arsenal de mesures mises en place par les banques centrales comme par les gouvernements pour faire face à la crise, selon les stratégistes de LBPAM.

Ces mesures préservent l’économie et créent les conditions d’un rebond lorsque l’épidémie sera passée, ont-ils dit.

Patrick Vignal, édité par Marc Angrand

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up