July 30, 2020 / 11:32 AM / 15 days ago

Les majors du pétrole résistent au coronavirus grâce au trading

* Shell et Total évitent une perte nette au T2 grâce au trading

* La division raffinage et négoce d’Eni brille au T2

* Importantes dépréciations enregistrées au T2

* Exxon et Chevron publient vendredi, BP le 4 août

par Shadia Nasralla et Ron Bousso

LONDRES, 30 juillet (Reuters) - Les principales majors du pétrole et du gaz ont résisté à l’impact de la crise du coronavirus grâce notamment à leurs divisions de négoce qui ont profité au deuxième trimestre de la volatilité des marchés mais l’ampleur des dépréciations témoigne des difficultés à venir.

Le géant français Total a ainsi enregistré jeudi un petit bénéfice net ajusté de 126 millions de dollars (107 millions d’euros) au titre du deuxième trimestre et son concurrent anglo-néerlandais Royal Dutch Shell un bénéfice ajusté, hors éléments exceptionnels, de 600 millions de dollars, alors que les analystes prévoyaient pour les deux groupes des pertes.

“Ces résultats sont notamment portés par la surperformance des activités de trading, démontrant une fois de plus la pertinence du modèle intégré de Total”, a déclaré Patrick Pouyanné, le PDG de Total, cité dans un communiqué.

La division négoce de Shell a dégagé sur le trimestre un bénéfice de 1,5 milliard de dollars, environ 30 fois supérieur à celui réalisé il y a un an. Les résultats publiés la semaine dernière par le groupe norvégien Equinor ont également montré qu’ils avaient été soutenus par le trading.

Les cours du pétrole, qui étaient au-dessus de 60 dollars le baril au début de l’année, sont tombés à 16 dollars en avril, en raison notamment d’une chute de la demande mondiale, avant de remonter autour de 40 dollars.

Au deuxième trimestre, le groupe italien Eni a accusé une perte nette de 714 millions d’euros mais le bénéfice de sa division raffinage et négoce a augmenté sur un an de 76% à 139 millions de dollars.

FORTES DÉPRÉCIATIONS

La forte volatilité des marchés ne constitue pas cependant une protection suffisante pour les majors face à la pandémie de coronavirus, nombre d’entre elles ayant été contraintes d’abaisser leurs perspectives de cours du brut à long terme, réduisant ainsi la valeur de leurs actifs.

Total a ainsi comptabilisé dans ses comptes du trimestre 8,1 milliards de dollars de dépréciations, Shell 16,8 milliards de dollars et Eni 3,5 milliards d’euros. BP, qui doit publier le 4 août, prévoit 17,5 milliards de dollars.

Shell a aussi annoncé une réduction de son dividende pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale et le groupe prévoit de réduire ses investissements cette année entre 5 et 20 milliards de dollars.

Eni a également abaissé son dividende et l’a conditionné à l’évolution du cours du pétrole. Même décision sur le dividende pour Equinor qui a aussi décidé de suspendre son programme de rachat d’actions.

Seuls BP et Total ont indiqué qu’ils n’abaisseraient pas le montant du coupon versé à leurs actionnaires.

Les majors pétrolières américaines Chevron et Exxon publieront leurs résultats vendredi avant l’ouverture de la Bourse de New York. (Shadia Nasralla et Ron Bousso à London et Bate Felix à Paris; version française Claude Chendjou, édité par Blandine Hénault)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below