for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

Hésitations en vue à Wall Street, dans le sillage de l'Europe

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue sur une note hésitante à l’ouverture, prolongeant la prudence déjà de mise sur les Bourses européennes dans l’attente d’une issue au Conseil européen qui traîne en longueur alors que les dirigeants des pays de l’Union européenne peinent à trouver un accord sur un plan de relance économique face à la crise du coronavirus.

Wall Street est attendue sur une note hésitante à l'ouverture, prolongeant la prudence déjà de mise sur les Bourses européennes dans l'attente d'une issue au Conseil européen. À Paris, le CAC 40 est quasi-inchangé (+0,01%) à 5.070,06 vers 11h40 GMT. À Francfort, le Dax progresse de 0,5% tandis qu'à Londres, le FTSE perd 0,49%. /Photo d'archives/REUTERS/Peter Nicholls

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en légère baisse pour le Dow Jones et le S&P et en hausse de 0,2% pour le Nasdaq.

À Paris, le CAC 40 est quasi-inchangé (+0,01%) à 5.070,06 vers 11h40 GMT. À Francfort, le Dax progresse de 0,5% tandis qu’à Londres, le FTSE perd 0,49%.

L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 gagne 0,29%, l’EuroStoxx 50 de la zone euro prend 0,24% et le Stoxx 600 avance de 0,28%.

Alors que le Conseil européen était prévu sur deux jours, les dirigeants des pays de l’UE sont toujours réunis lundi à Bruxelles pour discuter d’un vaste plan de relance qui a mis en lumière une nouvelle fois les nombreuses divergences au sein de l’UE.

Si des progrès ont été réalisés, de nouvelles discussions doivent encore se tenir et Une nouvelle réunion plénière a ainsi été programmée à 16h00 (14h00 GMT).

“Des éléments d’avancées se sont matérialisés durant la nuit pour essayer de trouver un accord sur le montant total du fonds de relance et la part de subventions qui, comme vous le savez, est le sujet le plus sensible sans doute des derniers jours”, a déclaré le président français Emmanuel Macron.

“Rien n’est encore acté, je resterai donc extrêmement prudent”, a-t-il ajouté.

CHANGES

L’euro gagne 0,25% face au dollar, à 1,1455, s’éloignant quelque peu d’un pic de plus de quatre mois, à 1,1467 touché plus tôt dans la matinée.

“Il y a des bonnes nouvelles déjà dans le cours”, observe Jane Foley, stratégiste sur les changes chez Rabobank en référence au Conseil européen. “Mais il semble que (l’euro) peine à se maintenir au-delà de 1,60 dollar (...) alors qu’il y a un peu de ‘vendre la nouvelle’”, ajoute-t-elle.

TAUX

L’évolution des rendements des pays de la zone euro témoigne aussi d’un certain optimisme des investisseurs sur l’issue du sommet européen.

Le taux du Bund allemand à dix ans prend plus d’un point de base, à -0,438% alors que le rendement du BTP italien, considéré comme plus risqué, recule de six points de base, pour retomber à 1,18%.

L’écart entre ces deux rendements, indicateur privilégié du risque souverain en Europe, revient ainsi à 162 points de base, au plus bas depuis mars.

LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

La séance américaine sera marquée par l’annonce du rachat de Noble Energy par Chevron> dans le cadre d’une opération entièrement en actions valorisant le producteur pétrolier et gazier à 5 milliards de dollars (4,36 milliards d’euros).

VALEURS EN EUROPE

Première victime de la crise du coronavirus, le secteur des transports et loisirs accuse la plus forte baisse en Europe (-1,3%) dans l’attente des conclusions du sommet européen.

A Paris, Natixis lâche 7,23%, BPCE ayant fait savoir qu’elle ne fera pas d’offre publique pour les actions de la banque française.

EssilorLuxottica perd 0,89% après avoir annoncé avoir engagé des poursuites judiciaires pour obtenir des informations auprès de GrandVision, en baisse de 5,25% à la Bourse d’Amsterdam, afin d’évaluer la façon dont le groupe, qu’il souhaite acquérir, a géré son activité pendant la crise sanitaire.

En hausse, UBI Banca gagne 13,16% et prend la tête du Stoxx 600 après qu’Intesa Sanpaolo a relevé son offre d’achat de 18% sur son rival italien.

Technicolor bondit de 7,87% après que son plan de sauvegarde a été approuvé par l’assemblée générale des actionnaires, permettant à la société de réduire son endettement.

PÉTROLE

Les cours du brut évoluent en baisse, pénalisés par les inquiétudes concernant la résurgence des cas de coronavirus dans plusieurs pays, susceptible de menacer la reprise de la demande.

Le baril de Brent recule de 0,7% à 42,83 dollars et celui du brut léger américain abandonne 0,6% à 40,33 dollars.

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up