for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

Hausse en vue à Wall Street tandis que l'Europe hésite, rivée sur Bruxelles

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue en hausse vendredi, soutenue par les espoirs de nouvelles mesures de soutien à l’économie, tandis que les Bourses européennes évoluent dans le désordre à mi-séance, l’ouverture à Bruxelles du sommet extraordinaire sur le très attendu plan de relance économique de l’Union européenne incitant les investisseurs à la prudence.

Les Bourses européennes évoluent dans le désordre à mi-séance. À Paris, le CAC 40 perd 0,35% vers 11h25 GMT. À Francfort, le Dax gagne 0,17% et à Londres, le FTSE s'octroie 0,45%. /Photo d'archives/REUTERS/Suzanne Plunkett

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture en hausse de 0,2% pour le Dow Jones, de 0,4% pour le S&P et de 0,9% pour le Nasdaq. Le Congrès américain devrait commencer à débattre lundi à Washington d’un nouveau plan de relance pour alléger le lourd tribut de la pandémie de coronavirus sur la première puissance mondiale.

À Paris, le CAC 40 perd 0,35% à 5.067,56 vers 11h25 GMT. À Francfort, le Dax gagne 0,17% et à Londres, le FTSE s’octroie 0,45%.

L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 grappille 0,08%, l’EuroStoxx 50 de la zone euro recule de 0,09% et le Stoxx 600 de 0,03%.

Les dirigeants de l’Union européenne se sont retrouvés physiquement vendredi à Bruxelles pour la première fois depuis le début de l’épidémie liée au coronavirus afin de tenter de se mettre d’accord sur un ambitieux plan de relance de 750 milliards d’euros pour leurs économies exsangues.

En raison des divergences de vues persistantes, la chancelière allemande, Angela Merkel, a prévenu qu’il fallait s’attendre à des négociations “très, très difficiles” et le Premier ministre néerlandais a dit son pessimisme sur la possibilité d’un accord à l’issue de ce sommet deux jours. “Il y a un risque que le marché attende trop de cette réunion en particulier et soit déçu si aucune décision finale n’est prise ce week-end. Je n’attendrais pas grand-chose de plus qu’une déclaration politique affirmant l’engagement des États membres à conclure une sorte d’accord”, a déclaré Neil Wilson chez Markets.com.

Autre sujet d’attention, la nouvelle flambée épidémique aux Etats-Unis qui menace la reprise économique. Plus de 77.000 nouveaux cas de contamination au coronavirus ont été recensés dans le pays au cours des 24 dernières heures, le bilan quotidien le plus important rapporté dans le pays depuis le début de l’épidémie.

Sur le plan macroéconomique, la hausse des prix à la consommation en zone euro a été confirmée à 0,3% en juin sur un an.

Le reste de l’agenda sera américain avec l’indice de confiance des ménages en juillet de l’Université du Michigan, à 14h00 GMT.

LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

Netflix perd environ 7% dans les échanges avant l’ouverture de Wall Street après avoir dit jeudi anticiper un recrutement moindre qu’attendu de nouveaux abonnés au troisième trimestre.

Blackrock, numéro un mondial de la gestion d’actifs, est indiqué en hausse d’environ 2% après avoir publié un bénéfice trimestriel meilleur qu’attendu.

VALEURS EN EUROPE

Daimler grimpe de 4,66% à Francfort, signant la plus forte hausse du Dax et entraînant dans son sillage l’ensemble du secteur automobile dont l’indice Stoxx prend 2,02%.

Le constructeur automobile allemand a annoncé jeudi qu’il ferait état d’une perte d’exploitation de l’ordre de 1,68 milliard d’euros au deuxième trimestre, un montant moindre que ce qu’anticipaient les analystes.

Autre valeur en vedette, Ericsson bondit de 9,17%, en tête du Stoxx 600, après la publication d’un bénéfice opérationnel ajusté meilleur que prévu au titre du deuxième trimestre.

Dans la foulée, l’indice Stoxx 600 des valeurs technologiques avance de 1,26%. A Paris, STMicroelectronics gagne 3,56%, en tête du CAC 40.

Signe du regain de prudence concernant l’épidémie de coronavirus, le compartiment du transport et du tourisme recule de 0,7%, avec les replis les plus marqués pour les compagnies aériennes.

Les secteurs cycliques, comme la finance et la construction, sont aussi malmenés: l’indice Stoxx des banques perd 1,78% et celui de la construction 1,29%.

TAUX

Le rendement des BTP italiens à dix ans remonte légèrement mais reste proche d’un plus bas depuis fin mars touché la veille, à l’orée du sommet européen destiné à trouver un compromis sur le plan de relance.

Il avance à 1,253% après être tombé la veille sous 1,24%.

Le rendement allemand de même échéance est inchangé à -0,474%.

CHANGES

L’euro gagne du terrain face au dollar, pour revenir à 1,1424 dollar (+0,36%), alors que les cambistes attendent le résultat des négociations du Conseil européen sur le budget et le plan de relance.

“Un résultat positif pourrait voir la devise unique retester ses plus hauts de la semaine à 1,1450 dollar”, indique Jeffrey Halley, analyste chez Oanda. A l’inverse, une issue défavorable conduirait l’euro sous 1,13 dollar, ajoute-t-il.

Le dollar recule de 0,3% face un panier de six autres devises de référence.

PÉTROLE

Les cours du pétrole sont en baisse dans un climat d’incertitude croissante quant à la reprise mondiale de la demande de carburant alors que les cas de coronavirus continuent d’augmenter et que les principaux producteurs ont décidé de limiter les réductions de production.

Le Brent perd 0,67% autour de 43 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate,WTI) abandonne 0,56% à 40,52 dollars.

Laetitia Volga, édité par Blandine Hénault

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up