for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

L'espoir d'un vaccin contre le coronavirus soutient la tendance

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue dans le vert et les Bourses européennes progressent mercredi à mi-séance, les espoirs placés par les investisseurs dans la mise au point d’un vaccin contre le Covid-19 l’emportant pour le moment sur l’accélération de la pandémie et les tensions sino-américaines.

Wall Street est attendue dans le vert et les Bourses européennes progressent mercredi à mi-séance. À Paris, le CAC 40 gagne 1,72%. À Francfort, le Dax prend 1,3% et à Londres, le FTSE s'octroie 1,01%. /Photo d'archives/REUTERS/Régis Duvignau

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture en hausse d’environ 0,6% pour le Nasdaq, de 0,9% pour le S&P-500 et de 1% pour le Dow Jones.

À Paris, le CAC 40 gagne 1,72% à 5.093,32 vers 10h35 GMT. À Francfort, le Dax prend 1,3% et à Londres, le FTSE s’octroie 1,01%.

L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 avance de 1,17%, l’EuroStoxx 50 de la zone euro de 1,27% et le Stoxx 600 de 1,37%.

Affectés la veille par les craintes entourant le coronavirus et le repli des valeurs technologiques, les places européennes repartent de l’avant grâce à des informations encourageantes sur le traitement développé par l’américain Moderna.

Son vaccin expérimental a montré qu’il était sûr et déclenchait une réponse immunitaire chez l’ensemble des 45 volontaires sains prenant part aux tests de “phase un”, ont annoncé mardi des chercheurs dans le New England Journal of Medicine.

Cette annonce explique la dynamique haussière en Europe et des futures américains malgré les inquiétudes quant à l’intensification des tensions diplomatiques entre les Etats-Unis et la Chine, qui a entraîné les marchés chinois dans le rouge ce matin.

Donald Trump a ordonné mardi la fin du traitement préférentiel de Hong Kong afin de punir la Chine pour ce qu’il a décrit comme des actes d’”oppression” contre l’ancienne colonie britannique, provoquant la colère de Pékin qui a prévenu qu’il prendrait des mesures de représailles.

“Cet effet de levier baissier croissant devrait avoir un impact économique inévitable sur les deux superpuissances car il mettra un terme aux investissements américains en Chine et limitera l’accès des entreprises de Hong Kong aux financements et aux transactions américaines. Si l’optimisme demeure pour l’instant, cela devrait prendre de plus en plus d’importance pour les opérateurs dans les semaines à venir et devrait mettre sous pression les actifs plus risqués”, a déclaré Pierre Veyret chez ActivTrades.

LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

Au lendemain des publications contrastées de Citi, JPMorgan et Wells Fargo, c’est au tour de Goldman Sachs d’annoncer ses résultats trimestriels, avant l’ouverture de Wall Street.

En avant-Bourse, Moderna grimpe de 15,6% après les résultats prometteurs des essais sur son vaccin contre le coronavirus.

Apple prend 1,2% après l’annulation par le Tribunal de l’Union européenne de la décision de la Commission européenne de réclamer au géant de la technologie le versement de 13 milliards d’euros d’arriérés d’impôts à l’Irlande.

VALEURS EN EUROPE

En Europe, les valeurs cycliques mènent la danse avec des progressions de 2,2% pour l’indice Stoxx des ressources de base, de 2,65% pour celui des transports et des loisirs et de 2,58% pour le compartiment des biens et services industriels.

A Paris, Renault (+4,82%) s’octroie la plus forte hausse du CAC 40 après l’annonce par son partenaire japonais Nissan du lancement d’un SUV électrique.

L’action ArcelorMittal gagne 2,86% après le début de son suivi par Goldman Sachs à l’achat.

Le groupe d’infrastructures Atlantia bondit de 24,33%, en tête du Stoxx 600, après avoir fait une nouvelle offre au gouvernement italien dans l’optique de régler leur conflit de longue date et éviter que sa concession d’exploitation des autoroutes lui soit retirée.

Contre la tendance, le groupe britannique de luxe Burberry cède 5,23% après avoir annoncé un recul de 45% de ses ventes trimestrielles à périmètre comparable en raison de l’épidémie du coronavirus.

CHANGES

Le dollar souffre de l’appétit des investisseurs pour les actifs et les devises plus risqués: l’indice qui mesure ses variations face à un panier de monnaies de référence abandonne 0,34%.

L’euro en profite pour remonter à 1,143 dollar, après un plus haut de quatre mois à 1,1445 porté également par des espoirs d’un accord sur un plan de relance de 750 milliards d’euros lors du Conseil européen qui se tiendra vendredi et samedi.

TAUX

Sur le marché obligataire, le rendement des emprunts d’Etat américains à 10 ans prend plus d’un point de base à 0,6299% et en Europe, le Bund allemand de même échéance cède un peu de terrain, à -0,455%.

PÉTROLE

Les cours pétroliers prennent environ 1% au lendemain de l’annonce par l’American Petroleum Institute (API) d’une forte chute de 8,3 millions de barils des stocks de brut aux Etats-Unis la semaine dernière grâce à la reprise de la demande.

Les investisseurs suivront la publication des chiffres de l’Energy Information Administration (EIA) sur les stocks à 14h30 GMT mais ils attendent surtout la décision qui sera prise dans la journée par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses alliés sur leur accord de réduction de la production.

Le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) s’adjuge 0,97% à 40,68 dollars le baril et le Brent de mer du Nord gagne 0,82% à 43,25 dollars.

édité par Blandine Hénault

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up