for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

Les actions montent grâce aux résultats, le pétrole baisse moins

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue en nette hausse et les Bourses européennes amplifient leur progression à mi-séance mardi, les résultats meilleurs qu’attendu de grands groupes comme UBS ou Capgemini permettant d’amplifier le mouvement entamé la veille tandis que le marché pétrolier se stabilise après un nouveau décrochage.

Wall Street est attendue en nette hausse et les Bourses européennes amplifient leur progression à mi-séance mardi. À Paris, le CAC 40 gagne 1,41% à 4.568,79 points à 11h25 GMT après avoir atteint, à 4.582,03, son plus haut niveau depuis le 11 mars. A Londres, le FTSE 100 prend 1,49% et à Francfort, le Dax avance de 1,61%. /Photo prise le 30 mars 2020/REUTERS

Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais signalent une ouverture en progression de plus de 1%.

À Paris, le CAC 40 gagne 1,41% à 4.568,79 points à 11h25 GMT après avoir atteint, à 4.582,03, son plus haut niveau depuis le 11 mars. A Londres, le FTSE 100 prend 1,49% et à Francfort, le Dax avance de 1,61%.

L’indice EuroStoxx 50 est en hausse de 1,69%, le FTSEurofirst 300 de 1,46% et le Stoxx 600 de 1,59%.

Leur progression était bien plus timide en début de séance, les investisseurs s’inquiétant de la rechute des cours du pétrole, qui s’est atténuée au fil des heures, le Brent repassant même en territoire positif.

La hausse des grandes places européennes s’appuie aussi sur une série de résultats jugés rassurants quant à l’impact de la crise sanitaire et économique en cours sur les comptes des sociétés cotées.

Sur le front du coronavirus, les marchés suivront à partir de 13h00 GMT les annonces du gouvernement français sur le plan de levée progressive des mesures de confinement à partir du 11 mai. A surveiller aussi, les chiffres de la confiance du consommateur américain en avril attendus à 14h00 GMT.

PÉTROLE

Le prix du baril de brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) réduit ses pertes après avoir amorcé un plongeon pour la deuxième séance consécutive: il cède 10,49% à 11,44 dollars après être tombé à 10,07 dollar. Il avait déjà chuté de 25% lundi.

Le Brent lui, est reparti à la hausse et gagne 0,55% à 20,10 dollars le baril après être revenu à 18,73 dollars.

Le marché semble partagé entre l’espoir d’un début de reprise de la demande avec la levée de certaines mesures de confinement et les risques liés à la quasi-saturation des capacités de stockage aux Etats-Unis.

VALEURS EN EUROPE

Les plus fortes progressions sectorielles à la mi-séance sont pour l’assurance (+3,88%), les banques (+3,87%) et l’automobile (+2,54%), qui bénéficie des espoirs placés dans la levée progressive des mesures de confinement, synonyme de reprise de l’activité économique.

Dans l’actualité des résultats, UBS bondit de 5,55% après avoir publié un bénéfice net trimestriel en hausse de 40%, grâce entre autres aux performances de ses activités de gestion de fortune.

A Paris, Capgemini prend 7,26%, de loin la meilleure performance du CAC 40, après l’annonce d’une croissance organique de 2% au premier trimestre, meilleure qu’attendu.

Les groupes suisses Novartis et ABB prennent quant à eux respectivement 0,2% et 5,18% après leurs publications.

A la baisse, HSBC (-0,88%), Thales (-0,91%) et surtout WirecardDIG.DE> (-19,79%) voient leurs résultats sanctionnés.

TAUX

Les rendements obligataires de référence sont pratiquement inchangés, à -0,443% pour le Bund allemand à dix ans et 0,6619% pour son équivalent américain.

Le dix ans italien, lui, a perdu jusqu’à six points de base à 1,687% en matinée avant de remonter à 1,74%. Il reste toutefois nettement en dessous de ses niveaux de la semaine dernière, avant la confirmation de la note souveraine de Rome par S&P.

CHANGES

Le dollar poursuit la baisse entamée lundi avec le regain d’appétit pour les actifs plus risqués: l’indice qui mesure ses fluctuations par rapport à un panier de devises de référence abandonne 0,53%, au plus bas depuis le 15 avril.

L’euro se traite autour de 1,0880 dollar

Autre fait marquant du jour sur le marché des changes: la hausse de la couronne suédoise face au dollar et à l’euro après la décision de la Riksbank, la banque centrale de Suède, de laisser son taux directeur inchangé à zéro, alors que certains analystes redoutaient une baisse ou un discours ouvrant la voie à une baisse.

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up