April 27, 2020 / 9:27 AM / 3 months ago

Les marchés attendent les diagnostics des banques centrales-Allianz GI

PARIS, 27 avril (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) et la Réserve fédérale américaine (Fed) ne devraient pas faire d’annonces spectaculaires cette semaine mais les marchés n’en attendent pas moins leurs diagnostics sur la crise et sur l’efficacité des mesures qu’elles ont prises pour la combattre, dit-on chez Allianz Global Investors.

Les deux instituts d’émission ont déjà sorti l’artillerie lourde pour sauvegarder leurs économies face aux dégâts infligés par les mesures de confinement prises pour enrayer la pandémie de coronavirus.

Ils ont été imités lundi par la Banque du Japon (BoJ), qui s’est engagée à racheter des obligations d’Etat sans se fixer de limite.

Les annonces de la Fed et de la BCE, attendues respectivement pour mercredi et jeudi, ne seront sans doute pas fracassantes étant donné les plans massifs qu’elles ont déjà mis en oeuvre mais elles ne manqueront pas pour autant d’intérêt, selon Franck Dixmier, directeur des gestions obligataires chez Allianz GI.

“Nous n’attendons pas d’annonces particulières lors des prochaines réunions de la BCE et de la Fed, celles-ci agissant en continu, dans l’urgence, pour s’adapter à la dégradation des économies et aux tensions de marchés”, écrit-il dans une note publiée lundi.

“Il sera toutefois intéressant d’entendre leur diagnostic sur la crise et l’efficacité des mesures prises”, ajoute-t-il.

La présidente de la BCE, Christine Lagarde, est attendue notamment sur la répartition des achats d’actifs dans le cadre du Programme d’achats d’urgence pandémique (PEPP) de 750 milliards d’euros lancé mi-mars, qui n’a pas été précisée, lit-on dans la note.

“Elle pourrait également donner des indications sur la capacité de la BCE à faire plus pour répondre aux tensions sur les ‘spreads’ et aux problématiques des Etats les plus fragiles”, prolonge Franck Dixmier.

Les rendements des emprunts d’Etat espagnols et surtout italiens sont nettement remontés ces dernières semaines, creusant les écarts avec les rendements allemands, en raison des doutes des investisseurs sur la capacité des deux pays à assumer le coût de la crise actuelle.

Du côté de la Fed, dont la créativité paraît sans limite puisqu’elle a déjà annoncé neuf programmes de prêts, il faudra également tendre l’oreille lors de la conférence de presse de son président, conseille l’expert d’Allianz GI.

“Il sera intéressant d’écouter le diagnostic de Jerome Powell sur l’efficacité de ces prêts tous azimuts, qui ont vocation à soutenir différents segments de l’économie”, dit-il.

Les mesures prises par les banques centrales ont déjà eu des effets, notamment celui de ramener de la liquidité sur les marchés de crédit, mais elles n’ont pas résolu tous les problèmes, souligne Franck Dixmier.

“Le risque de solvabilité dans un contexte d’endettement croissant des entreprises et des Etats reste entier”, écrit-il.

Patrick Vignal, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below