April 23, 2020 / 8:25 AM / a month ago

Europe/PMI-L'activité de la zone euro pratiquement à l'arrêt en avril

(Actualisé avec résultats pour la Grande-Bretagne)

PARIS, 23 avril (Reuters) - Principaux résultats provisoires des enquêtes Markit auprès des directeurs d’achat en Europe :

ZONE EURO - UN CHOC D’UNE VIOLENCE INÉDITE SUR LE SECTEUR PRIVÉ

LONDRES - L’activité du secteur privé dans la zone euro s’est pratiquement arrêtée en avril sous l’effet des mesures prises afin d’enrayer la pandémie de coronavirus, montrent les résultats préliminaires de l’enquête mensuelle réalisée par IHS Markit auprès des directeurs d’achat (PMI).

L’indice composite, qui combine services et activité manufacturière, est tombé à 13,5 pour le mois en cours, de loin son plus bas niveau depuis le lancement de cette enquête, à la mi-1998, après 27,9 en mars.

Cet indice avait subi en mars une chute sans précédent pour enfoncer le seuil de 50 et s’ancrer profondément en territoire de contraction.

Le chiffre d’avril est très largement inférieur aux attentes puisque le plus pessimiste des analystes interrogés par Reuters prévoyait un indice à 18,0.

Le secteur des services est de loin le plus touché avec un plongeon à 11,7 contre 26,4 en mars, l’indice du compartiment manufacturier reculant pour sa part à 33,6 contre 44,5 le mois précédent.

“Le mois d’avril a été marqué par des dégâts sans précédent pour l’économie de la zone euro sous l’effet des mesures de confinement, de l’effondrement de la demande mondiale et de pénurie au niveau des effectifs comme de la production”, commente Chris Williamson, économiste d’IHS Markit.

“La violence a dépassé tout ce que pouvait imaginer la plupart des économistes”.

* ALLEMAGNE - LA RÉCESSION DU SECTEUR PRIVÉ S’ACCENTUE

BERLIN - Le secteur privé allemand s’est enfoncé davantage dans la récession en avril avec des contractions records pour les services comme pour l’activité manufacturière sous l’effet des mesures prises afin d’enrayer la pandémie de coronavirus.

L’indice composite, qui combine services et secteur manufacturier, a plongé à 17,1 contre 35,0 en mars, montrent les résultats de l’enquête mensuelle réalisée par IHS Markit auprès des directeurs d’achat (PMI).

Il touche ainsi un creux historique et se révèle largement inférieur aux attentes puisque les analystes interrogés par Reuters prévoyaient un indice à 31,0.

“Comparé à un creux à 36,3 durant la crise financière, cet indice PMI à 17,1 donne une image effrayante de l’impact de la pandémie sur les entreprises”, commente Phil Smith, économiste d’IHS Markit.

L’indice des services est le plus touché, avec un repli à 15,9 contre 31,7 le mois précédent, celui du secteur manufacturier chutant pour sa part à 34,4 contre 45,4 en mars.

* FRANCE - L’ACTIVITÉ TOMBE À UN NOUVEAU PLUS BAS

PARIS - L’activité du secteur privé en France a touché un plus bas record en avril, la deuxième économie de la zone euro subissant de plein fouet l’effet des mesures de confinement liées au coronavirus.

L’indice composite, qui combine secteur manufacturier et services, a chuté à 11,2 en première estimation “flash” en avril contre 28,6 en mars et 26,0 pour le consensus, montrent les résultats de l’enquête réalisée par IHS Markit auprès des directeurs d’achat (PMI).

Il atteint ainsi un plus bas jamais enregistré depuis le début de cette enquête en 1998 et s’enfonce en zone de contraction, sous la barre de 50.

L’indice PMI des acheteurs du secteur manufacturier s’est établi à 31,5 pour le mois en cours, alors que les économistes interrogés par Reuters l’anticipaient à 37,5.

Avec la fermeture des hôtels, des restaurants et des magasins non alimentaires, le secteur des services est particulièrement touché avec un indice à 10,4, là aussi un record, contre un consensus de 25,0 et après 27,4 en mars.

Le déconfinement en France est prévu à partir du 11 mai mais le gouvernement a averti que toutes les entreprises ne pourraient pas rouvrir leurs portes immédiatement.

* GB-LE CORONAVIRUS MET L’ÉCONOMIE BRITANNIQUE À GENOUX

LONDRES - La pandémie de coronavirus a frappé l’activité économique britannique plus violemment que prévu en avril, les entreprises faisant état d’un effondrement historique de la demande dû aux mesures de confinement adoptées pour lutter contre l’épidémie de coronavirus.

L’indice composite calculé par IHS Markit, qui combine secteur manufacturier et services, a touché un plus bas record à 12,9 dans sa version préliminaire, contre 36,0 en mars et 31,4 attendu par le consensus.

“La lecture désastreuse du sondage soulèvera inévitablement des questions sur le coût et la durée du confinement”, a déclaré Chris Williamson, économiste en chef chez IHS Markit.

La chute est particulièrement spectaculaire dans les services avec un indice tombé à 12,3, un niveau sans précédent, après 34,5 en mars et contre un consensus de 29,0.

L’indice manufacturier a nettement moins souffert avec un recul à 32,9 en avril après 47,8 le mois précédent, mais il est inférieur au consensus, qui le donnait à 42,0.

Ces résultats préliminaires suggèrent une contraction de 7% de l’économie britannique d’un trimestre sur l’autre selon Chris Williamson, qui précise que ce chiffre est certainement sous-estimé car l’enquête de tient pas compte, entre autres, des travailleurs indépendants.

Un sondage réalisé par Reuters auprès d’économistes montrent que ceux-ci anticipent une contraction d’environ 13% du PIB pour le trimestre en cours, ce qui serait la plus forte jamais enregistrée depuis la création de cette mesure après la Seconde Guerre mondiale.

Les enquêtes PMI du mois de mars :

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below