April 23, 2020 / 3:55 AM / a month ago

Les dirigeants de l'UE se penchent sur le projet de fonds de relance

BRUXELLES, 23 avril (Reuters) - Les chefs d’Etat et de gouvernement européens doivent avancer jeudi sur la réponse financière commune à apporter à la pandémie de coronavirus, en demandant à la Commission européenne de proposer des fonds de relance suffisamment importants pour aider les secteurs et les régions les plus affectés.

De nombreux dirigeants de l’Union européenne voient le massif plan commun de relance comme un outil crucial de la solidarité du bloc, alors que certains pays membres auront plus que difficultés que d’autres à retrouver leur assise économique après ce qui sera en 2020 la pire récession de l’histoire de la zone euro.

“L’idée d’avoir un instrument spécial pour faire face à cette crise commence à être consensuelle”, a déclaré un haut représentant de l’UE impliqué dans la préparation du Conseil européen prévu ce jeudi par visioconférence.

Une reprise économique plus uniforme au sein du bloc, via ce financement commun, contribuerait à préserver le marché unique et à repousser les partis politiques eurosceptiques qui tentent de tirer profit du ressentiment public à l’égard des inégalités économiques entre les pays de l’UE.

“Je propose que nous chargions la Commission d’analyser les besoins précis et d’établir une proposition à la hauteur du défi auquel nous faisons face”, a écrit le président du Conseil, Charles Michel, dans une lettre d’invitation.

Il est probable que les dirigeants donnent à l’exécutif européen jusqu’à fin avril, ou peu après cette date, pour déterminer le montant du fonds de relance et les moyens de le financer, ont dit des représentants.

En amont du Conseil européen, les sommes évoquées étaient immenses, au-delà de 1.000 milliards d’euros. Mais des divergences demeuraient sur la méthode de financement et la forme que prendra cette aide - subventions ou prêts.

La France et l’Espagne ont présenté des propositions impliquant de mutualiser les dettes nationales, une option fermement rejetée par l’Allemagne, les Pays-Bas et d’autres pays.

Bruxelles a suggéré un compromis: alimenter ce fonds par de la dette perpétuelle, adossée au budget de l’UE, avant de financer la reprise des économies du bloc.

Mais certains pays ont avancé que le recours à des subventions, plutôt qu’à des prêts, était la solution à privilégier car permettant aux pays déjà lourdement endettés d’éviter d’accumuler de la dette - une hypothèse elle aussi difficile à envisager pour les pays du camp économe.

Un possible compromis pourrait impliquer de recourir à la fois au prochain budget pluriannuel pour 2021-2027 de l’UE, qui servirait à verser des subventions, et au fonds de relance, qui fonctionnerait sur la base de prêts.

“Les dirigeants vont exposer leurs préférences et leurs lignes rouges à la Commission lors du sommet et (la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen) devra ensuite revenir avec une proposition qui conviendra à tout le monde”, a dit un diplomate européen.

Une fois que la Commission aura présenté sa proposition, les dirigeants européens en discuteront à nouveau, avec l’objectif d’adopter ce projet d’ici juin. Des représentants ont toutefois prévenu qu’une décision finale pourrait prendre plus de temps, du fait de la complexité des discussions sur le budget pluriannuel de l’UE. (version française Jean Terzian)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below