April 9, 2020 / 9:31 AM / 2 months ago

GESTION-Un redémarrage sans trop de séquelles est possible-Lombard Odier

PARIS, 9 avril (Reuters) - Le choc du coronavirus sera violent au premier semestre mais les réponses sanitaire, monétaire et budgétaire massives qui ont été apportées plaident pour un redémarrage graduel de l’économie mondiale au cours de la deuxième partie de l’année, dit-on chez Lombard Odier.

“On sait que dans cette première partie de l’année, il y aura des dégâts humains, économiques et financiers”, a déclaré jeudi Samy Chaar, chef économiste de la banque privée suisse, lors d’une conférence en ligne.

“Notre sentiment est qu’il y a une chance que l’on puisse redémarrer dans la deuxième partie de l’année sans trop de séquelles”, a-t-il ajouté.

La condition de ce scénario est que le choc sanitaire puisse être contenu, ce qui peut être envisagé en raison de la qualité des réponses apportées pour lutter à la fois contre l’épidémie et ses effets sur l’économie, a-t-il ajouté.

“On est aujourd’hui dans une logique où l’on peut contenir cette problématique dans la durée parce que les solutions existent”, a-t-il dit.

Ces solutions sont à la fois sanitaire pour enrayer la propagation du virus, monétaire pour maintenir les conditions de financement et budgétaire pour combler la perte de revenus des acteurs économiques, a-t-il détaillé.

L’évolution de la pandémie, notamment en Asie, où la réouverture de l’économie a été amorcée, mais aussi en Europe suggère qu’elle peut être contenue, même si le risque d’une deuxième vague ne peut être écarté, a-t-il dit.

Quant aux réponses monétaire et budgétaire, elles sont sans précédent dans l’après-guerre et devraient faciliter, selon lui, le redémarrage économique.

“Quand on va redémarrer, on ne va pas repartir de zéro grâce à tout le stimulus qui a été déployé pour maintenir une certaine vitesse dans le système”, a-t-il dit.

La réponse budgétaire manque encore de coordination en Europe mais Samy Chaar se montre optimiste, au moment où l’Eurogroupe peine à parvenir à un accord.

“Mon sentiment est que le fédéralisme fiscal en Europe va arriver parce qu’à chaque fois que l’on a une crise en Europe, cela se traduit par une avancée décisive”, a-t-il dit.

Un redémarrage graduel de l’économie à partir de mai ou juin est envisageable, ce qui plaide en faveur du maintien d’une approche équilibrée en matière de gestion de portefeuille, selon lui.

“Lorsque l’on se projette à 2021-2022, on serait dans un monde où le COVID-19 serait derrière nous et où on reviendrait à nos tendances naturelles d’offre et de demande, même s’il y aurait eu un peu de dégâts”, a-t-il dit.

“On serait dans un monde avec une croissance faible mais réelle, des taux bas et pas d’inflation, un monde dans lequel il faudrait rester investi sur les marchés financiers.”

Patrick Vignal, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below