for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

Les espoirs sur le coronavirus favorisent la hausse des actions

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes sont en hausse jeudi matin, soutenues par une approche optimiste sur l’évolution de la pandémie de coronavirus en attendant plusieurs rendez-vous importants dont la réunion de l’Opep+ et celle de l’Eurogroupe.

Les principales Bourses européennes sont en hausse jeudi matin. À Paris, l'indice CAC 40 gagne 1,57% vers 08h15 GMT. À Francfort, le Dax prend 2,04% et à Londres, le FTSE monte de 1,89%. /Photo d'archives/REUTERS/Michalis Karagiannis

À Paris, l’indice CAC 40 gagne 1,57% à 4.512,26 points vers 08h15 GMT. À Francfort, le Dax prend 2,04% et à Londres, le FTSE monte de 1,89%.

L’indice EuroStoxx 50 de la zone euro s’adjuge 1,43%, le FTSEurofirst 300 avance de 1,29% et le Stoxx 600 de 1,49%.

Après une clôture en ordre dispersé, l’Europe se relance avant le long week-end de Pâques (les marchés seront fermés vendredi et lundi), privilégiant les annonces encourageantes sur le coronavirus. Le Stoxx 600 affiche pour l’instant une hausse de plus de 7% sur la semaine.

“Les investisseurs gardent espoir du fait d’un discours positif de la part de l’administration américaine et d’un nouveau calcul mettant en évidence une baisse importante des perspectives du nombre de décès aux Etats-Unis à environ 60.000, contre une anticipation de 100.000 à 240.000 auparavant”, résume Vincent Boy chez IG France.

Tout n’est pourtant pas réjouissant sur le front sanitaire: l’Etat de New York a enregistré un nouveau record quotidien avec 779 morts et en Italie, le nombre de morts a certes baissé mais pas celui du nombre de cas. En France, le confinement sera prolongé au-delà du 15 avril, a annoncé l’Elysée mercredi soir.

Alors que les élus démocrates au Congrès ont déclaré qu’ils soutiendraient l’administration Trump pour débloquer un nouveau plan d’aide de 250 milliards de dollars pour les petites entreprises, l’Europe peine à s’accorder. Les discussions de l’Eurogroupe reprendront à 15h00 GMT pour tenter de trouver un accord sur l’adoption d’un paquet de mesures représentant plus de 500 milliards d’euros.

Christine Lagarde, la présidente de la Banque centrale européenne (BCE), a fait valoir que les “coronabonds”, des instruments de dette mutualisée loin de faire l’unanimité en Europe, n’étaient pas la seule option sur la table pour amortir le choc économique. Elle a par ailleurs écarté l’idée d’une annulation globale des dettes contractées par les Etats de la zone euro face à la pandémie.

Les “minutes” de la dernière réunion de politique monétaire de la BCE seront publiées à 11h30 GMT.

Toujours dans l’actualité monétaire, les investisseurs suivront à 14h00 GMT une intervention de Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale (Fed), à l’invitation de la Brookings Institution, qui pourrait donner des éclaircissements sur la réponse apportée à la crise.

Le compte-rendu des deux réunions extraordinaires de la Fed en mars a montré que ses responsables étaient alors de plus en plus inquiets de la rapidité avec laquelle l’épidémie affectait l’économie américaine et perturbait les marchés financiers, ce qui les a incités à décider une “action vigoureuse”.

La séance sera aussi animée par un autre-rendez important, macroéconomique celui-ci, la publication aux Etats-Unis du chiffre hebdomadaire des inscriptions au chômage. Le consensus Reuters table sur 5,25 millions.

“Les marchés savent déjà que l’économie est frappée par des chocs extraordinaires”, a déclaré Tohru Sasaki chez JPMorgan. “Même si le nombre augmente, cela surprendra probablement peu de gens tandis qu’une meilleure lecture pourrait renforcer la perception que le pire pourrait être passé.”

PÉTROLE

Le marché pétrolier monte, anticipant un accord sur la réduction de la production mondiale par l’Opep et ses alliés lors de la réunion prévue dans la journée.

“Nous attendons [cette réunion] avec impatience. Je pense qu’il y aura un accord, ce qui apportera un peu de joie à court terme. Ensuite, l’attention de tout le monde se reportera sur les fondamentaux, qui sont épouvantables”, a déclaré Lachlan Shaw, responsable de la recherche sur les matières premières chez National Australia Bank.

Le Brent gagne 3,23% à 33,90 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 5,18% à 26,39 dollars.

VALEURS

L’appétit pour le risque profite à tous les secteurs européens, à commencer par celui des transports et des loisirs qui gagne 5,14%, devant celui de l’assurance (2,55%) et des banques (2,12%).

A Paris, Sodexo enregistre la plus forte hausse du CAC après avoir publié une hausse de 3,2% de son chiffre d’affaires semestriel. Le groupe français de services et de restauration a toutefois annoncé que son chiffre d’affaires au deuxième semestre serait impacté par la crise sanitaire.

La hausse des cours du brut profite aux groupes de services pétroliers TechnipFMC (5,95%) et CGG (6,33%).

WALL STREET

La Bourse de New York a fini en nette hausse mercredi, les investisseurs percevant des signes d’espoir dans l’évolution de l’épidémie de coronavirus aux Etats-Unis.

La tendance a aussi été soutenue par l’annonce par Bernie Sanders de la fin de sa campagne pour l’investiture démocrate en vue de l’élection présidentielle de novembre, qui a notamment profité au secteur de l’assurance santé.

Le Dow Jones a gagné 3,44%, le S&P-500, plus large et principale référence des investisseurs, a pris 3,41% et le Nasdaq Composite, à forte composante technologique, a avancé de 2,58%.

Les futures sur ces trois indices suggèrent pour l’instant une ouverture en hausse.

EN ASIE

Au Japon, le Nikkei a cédé 0,04%, les investisseurs ayant fait preuve de prudence quant à l’évolution de la pandémie. Le pays a enregistré mercredi 503 nouveaux cas de contamination au coronavirus, un record.

Une incertitude “extrêmement élevée” entoure les perspectives de l’économie japonaise, a déclaré par ailleurs le gouverneur de la Banque du Japon, soulignant que la banque centrale était prête à prendre des mesures de soutien supplémentaires afin d’éviter une récession profonde.

Les principaux indices chinois sont quant à eux en hausse: le CSI 300 des grandes capitalisations de Chine continentale et l’indice composite de la Bourse de Shanghai ont gagné respectivement 0,33% et 0,37%.

TAUX

Après trois séances de hausse, le rendement des Treasuries à dix ans recule légèrement à 0,7508%. Sur le marché européen, celui des titres allemands à dix ans se stabilise autour de -0,303%.

CHANGES

Le dollar est en légère baisse face à un panier de devises internationales, dont l’euro qui prend 0,15% à 1,0869 dollar.

Edité par Marc Angrand

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up