February 28, 2020 / 3:18 PM / 5 months ago

3 QUESTIONS À-Les marchés partis pour une année très difficile-IG

PARIS, 28 février (Reuters) - Un rebond durable est peu probable sur les marchés d’actions qui paraissent s’orienter vers une année très difficile, explique à Reuters Alexandre Baradez, responsable des analyses marchés chez IG France, au terme de la pire semaine boursière depuis la crise financière.

1/ Un rebond vous paraît-il envisageable ?

Alexandre Baradez - “S’il y a rebond, il sera temporaire parce que le contexte n’est pas favorable pour cela. Il faudrait aussi qu’il intervienne tout de suite, en raison notamment de facteurs techniques.

“S’il n’y a pas un flot de nouvelles positives pendant le week-end, je crains que l’on s’achemine vers une baisse de 5 à 6% en quelques jours jusqu’au support suivant. Une nouvelle chute de 5 à 6% est plus probable qu’un rebond, sauf si nous voyons dès cet après-midi quelques chose d’important comme des mesures de soutien à des secteurs en particulier ou des annonces de banques centrales.”

2 / Les marchés d’actions ont-ils été complaisants ?

Alexandre Baradez - “Il y a eu une complaisance énorme, très clairement, et qui est typique des marchés actions, parce que si vous regardez le pétrole, il chutait déjà très lourdement, et les taux aussi. Il y avait aussi des signes sur les métaux précieux qui commençaient déjà à grimper fortement. Il n’y a que les marchés d’actions qui soient restés aussi longtemps insensibles au risque.

“Des mesures de politique monétaire pourraient apporter un soutien aux Etats afin qu’ils mettent en place des mesures de soutien budgétaire ou autre. Sur la liquidité, je ne pense pas que l’on verra des mesures immédiates. Des baisses de taux immédiates sans attendre les prochaines réunions monétaires sont également peu probables car elles pourraient avoir pour effet d’augmenter la panique.

“Une baisse de taux n’aurait pas d’effet véritable et il faudrait qu’elle soit complémentée par d’autres mesures mais elle aurait au moins un effet psychologique et pourrait créer le contexte favorable pour qu’il y ait un rebond.”

3 / La bonne année dont rêvaient pas mal de gérants et d’analystes vous paraît-elle compromise ?

Alexandre Baradez - “L’année est très mal partie. Il y a une question de durée de l’épidémie et aussi d’avalement baissier, lorsque l’on regarde les chandeliers précédents. Graphiquement, on n’a pas l’impression de quelque chose qui va bien finir à horizon de quelques mois.

“L’hypothèse d’un rebond de la croissance au premier trimestre et même au deuxième paraît complètement aberrante dans le contexte actuel. L’épidémie est partie pour durer un trimestre en Chine et pourrait ensuite se poursuivre dans d’autres zones. On aura probablement un semestre entier extrêmement compliqué et on aura du mal ensuite à refaire l’année.”

Voir aussi :

POINT HEBDO-Le coronavirus balaie les illusions des marchés

Propos recueilli par Patrick Vignal, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below