October 25, 2019 / 1:00 PM / a month ago

France-La SNCF avance des mesures après l'accident du TER, pas de contrôleur en plus

PARIS, 25 octobre (Reuters) - La présence d’un contrôleur dans chaque train, revendication des syndicats de la SNCF à l’origine d’une grève surprise de trois jours à la mi-octobre, serait sans incidence sur la sécurité des cheminots et des usagers, a déclaré vendredi le président du groupe ferroviaire, Guillaume Pepy.

La Direction des audits de sécurité de la SNCF a rendu public vendredi son rapport d’enquête sur la collision entre un TER et un convoi routier exceptionnel survenue le 16 octobre à un passage à niveau dans les Ardennes.

En l’absence de contrôleur à bord du train, le conducteur, légèrement blessé, avait dû porter secours seul aux quelque 70 passagers, dont certains étaient blessés, et procédé aux premières mesures de sécurité pour éviter un sur-accident sur la voie. Après la collision, il ne disposait pas de moyens de communication en état de fonctionner.

Dénonçant les “dérives” du groupe en matière de sécurité, la CGT et Sud-Rail avaient décidé d’exercer leur droit de retrait, causant de fortes perturbations dans le trafic au début des vacances scolaires.

Dans le rapport, la SNCF relève que le passage à niveau a fonctionné, que “le conducteur a appliqué la réglementation”, et que la cabine du train a résisté au choc. Elle met en cause en revanche le convoi exceptionnel qui “n’avait manifestement pas pris les mesures nécessaires et réglementaires pour emprunter ce passage à niveau”.

Elle “s’étonne de la circulation d’un convoi routier exceptionnel, tractant une remorque surbaissée à la traversée d’un passage à niveau”.

“Il n’y a tout simplement pas de différence de niveau de sécurité, que ce soit pour les clients ou pour les agents, entre configuration sans contrôleur et configuration avec contrôleur”, en conclut le président de la SNCF, Guillaume Pepy, dans un entretien publié vendredi dans les journaux du groupe Ebra.

“Les trains conçus pour être conduits en agent seul ont des équipements spéciaux (...) et le conducteur est spécialement formé pour conduire seul”, souligne-t-il.

Le directeur général Sécurité du groupe, Frédéric Delorme, préconise dans un courrier quatre mesures à l’avenir, notamment l’intégration dans le téléphone portable du conducteur “des fonctions permettant de contacter plus rapidement les personnes qui sont en mesure d’interrompre directement les circulations”.

Les équipements d’alerte radio en cas de choc seront mieux protégés et renforcés. La fiche ‘métier’ des conducteurs, qui détaille la conduite à tenir en cas d’accident, “sera simplifiée et enrichie avec des gestes-métiers simples et automatiques.”

Guillaume Pepy ajoute dans l’interview qu’une analyse de risque complémentaire sur l’exploitation des TER sera menée, “que celle-ci soit ou pas avec un conducteur seul”.

Le rapport devait être présenté vendredi après-midi aux organisation syndicales. (Bureau de Paris, édité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below