October 18, 2019 / 6:22 AM / a month ago

LEAD 2-France-Le coup d'envoi est donné à la privatisation de la FDJ

* L’introduction en Bourse de la FDJ franchit la 1ère étape

* La 1ère cotation devrait intervenir le 21 novembre

* Beaucoup d’appétit des investisseurs, selon la PDG de la FDJ

* Une opération qui pourrait réveiller un marché des IPOs atone (Actualisé avec conférence de presse)

par Gwénaëlle Barzic

PARIS, 18 octobre (Reuters) - La Française des jeux (FDJ) a annoncé vendredi avoir franchi la première étape en vue de son entrée en Bourse, une opération parmi les plus importantes de l’année qui pourrait redonner des couleurs à un marché des introductions en Bourse en berne et ouvrir la voie à d’autres privatisations.

L’Autorité des marchés financiers a validé jeudi soir le document d’enregistrement de l’opération, donnant le coup d’envoi au projet de privatisation de la loterie nationale qui doit rapporter au minimum un milliard d’euros à l’Etat.

La mise en Bourse de la FDJ, quatrième loterie mondiale et numéro deux européenne, fait figure de test pour le gouvernement, la dernière privatisation d’une entreprise publique via une IPO remontant à 2006.

Elle intervient dans un contexte chahuté pour les cotations en Europe face à des investisseurs rendus fébriles par les craintes d’un ralentissement mondial, l’imminence du Brexit et la bataille commerciale entre la Chine et les Etats-Unis.

Le fabricant italien de yachts Ferretti est le quatrième groupe à avoir renoncé à ses ambitions en bourse ce mois-ci, faute d’avoir obtenu le prix qu’il souhaitait.

Au total, 79 IPOs en Europe ont permis de lever 18,7 milliards de dollars (16,8 milliards d’euros) depuis le début de l’année, selon des chiffres de Refinitiv, à comparer à 39,4 milliards pour 146 opérations sur la même période en 2018.

“Aujourd’hui, notre syndicat de banques ne considère pas que les conditions de marché empêchent de faire l’opération”, a expliqué à des journalistes la PDG de la FDJ Stéphane Pallez.

La dirigeante, qui a été reconduite pour cinq ans à la tête du groupe, dit avoir constaté un fort appétit d’investisseurs institutionnels, français et internationaux, lors de présentations organisées à Paris et à Londres.

PREMIÈRE COTATION LE 21 NOVEMBRE

“Ce sont des gens intéressés par le profil de FDJ qui est une valeur de rendement, de moyen-long terme avec une forte prévisibilité du type de résultat et de rendements”, a-t-elle expliqué lors d’une conférence de presse, se refusant à tout commentaire sur la valorisation et la future fourchette de prix.

L’opérateur de jeux d’argent et de paris sportifs en ligne, qui a enregistré une croissance des mises de 5% en moyenne sur les 25 dernières années, espère attirer les investisseurs grâce à une politique de dividende généreuse prévoyant une redistribution de 80% du résultat net à compter de 2020.

Pour séduire les particuliers auxquels une tranche sera réservée, l’opération prévoit qu’ils bénéficient d’une action gratuite pour 10 actions achetées si celles-ci sont conservées dix-huit mois. Une décote de 2% sur le prix de l’action leur sera par ailleurs appliquée.

“Il nous parait très important que dans une période où les taux sont très bas, il puisse y avoir sur le marché français des opérations qui incitent les épargnants à investir dans des actifs dont le rendement est supérieur au rendement obligataire”, a expliqué Martin Vial, numéro un de l’Agence des participations de l’Etat, lors de la conférence.

Les particuliers et les investisseurs pourront souscrire aux actions de la FDJ entre le 7 et le 20 novembre. La première cotation devrait intervenir le 21 novembre.

Si elle réussit, la cotation de la FDJ pourrait également ouvrir la voie à d’autres privations, dont celle d’ADP (ex-Aéroports de Paris) également approuvée dans le cadre de la loi Pacte mais pour l’instant gelée dans l’attente des résultats d’un référendum d’initiative partagée.

Le produit de ces opérations à vocation à alimenter un fonds pour l’innovation, doté de dix milliards d’euros, et à participer au désendettement du pays.

Voir aussi :

BREAKINGVIEWS-French lottery IPO is a privatisation amuse-bouche

Avec Jean-Philippe Lefief et Benoît Van Overstraeten, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below