October 3, 2019 / 1:22 PM / 17 days ago

REACTIONS aux surtaxes américaines sur les produits européens

(Actualisé avec exportateurs de vins et spiritueux de France)

PARIS, 3 octobre (Reuters) - Voici une série de réactions européennes, jeudi, à l’autorisation accordée par l’Organisation mondiale du commerce (OMC) aux Etats-Unis de surtaxer des produits européens dans le cadre du litige opposant Airbus à Boeing.

Des droits de douane de 25% entrent en vigueur à la mi-octobre pour des produits industriels et agricoles importés de l’Union européenne comme le vin français, le fromage italien ou le whisky écossais.

FRANCE, le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire, à des journalistes :

“Nous tendons la main. Nous avons tendu la main depuis plusieurs mois parce que nous pensons que c’est dans l’intérêt économique et politique des Etats-Unis comme de Europe. Si l’administration américaine refuse la main tendue par la France et par l’Union européenne, nous nous tenons prêts à réagir par des sanctions”

—-

FÉDÉRATION DES EXPORTATEURS DE VINS ET SPIRITUEUX DE FRANCE (FEVS), dans un communiqué :

“Nous déplorons cette décision qui va à l’encontre de l’ouverture du commerce. La mise en place de ces droits de douane pénalisera très fortement les producteurs et exportateurs de vins français mais également nos clients et nos consommateurs aux Etats-Unis.”

“Nous demandons solennellement aux autorités françaises et européennes de trouver, dans les meilleurs délais, une solution négociée au différend qui les oppose aux Etats-Unis (...) et d’obtenir ainsi la suppression de ces droits qui touchent désormais arbitrairement les vins français.”

—-

LACTALIS, groupe agroalimentaire français, Michel Nalet, directeur de la communication :

“Les produits laitiers sont impactés au premier plan. On s’étonne que ça se retourne contre des fleurons agroalimentaires français. On va se battre pour que ces mesures soient retardées. On n’a pas la décision entre nos mains, on attend la réponse de Bruxelles.”

—-

COAG, coordination des agriculteurs et éleveurs espagnols, dans un communiqué :

“Il est totalement injuste et disproportionné que la communauté rurale doive payer pour une guerre commerciale avec l’Union européenne qui n’a rien à voir avec l’Espagne”, déclare son secrétaire général, Miguel Blanco.

L’organisation estime que les exportations espagnoles de vins, huiles, fromages, olives, etc., seront affectées annuellement à hauteur d’un milliard d’euros.

—-

La SCOTCH WHISKY ASSOCIATION, qui représente l’industrie du whisky écossais, dans un communiqué de sa présidente Karen Betts :

“Les droits de douane vont indubitablement nuire au secteur du whisky écossais. Les Etats-Unis sont notre marché le plus important et le plus rémunérateur, plus d’un milliard de livres de whisky écossais y ont été exportées l’an dernier. Les droits vont mettre en danger notre compétitivité et nos parts de marché.”

—-

En ITALIE, le président du Conseil Giuseppe Conte a déclaré lors d’une conférence à Milan que l’Italie travaillait avec l’Union européenne à des contre-mesures. Le gouvernement italien, a-t-il souligné, va mettre en oeuvre tout ce qui est en son pouvoir pour limiter les dommages pour les secteurs affectés.

La Confédération nationale des cultivateurs (Coldiretti) chiffre à quelque 500 millions d’euros le volume de produits alimentaires touchés. (Bureaux de Paris, Londres, Madrid, Rome, Sophie Louet pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below