September 3, 2019 / 10:10 AM / 2 months ago

Zara cherche à rester à l'écart de la crise politique à Hong Kong

PEKIN, 3 septembre (Reuters) - Zara, l’enseigne de prêt-à-porter détenue par l’espagnol Inditex, a manifesté sa volonté de ne pas se laisser entraîner dans la crise politique à Hong Kong en publiant un communiqué sur les réseaux sociaux chinois pour exprimer son soutien à la souveraineté de la Chine sur l’ancienne colonie britannique.

Les marques étrangères sont de plus en plus sommées de prendre position face au mouvement de contestation qui agite Hong Kong depuis plusieurs mois et porte sur la préservation des libertés et de l’autonomie dont jouit la ville depuis sa rétrocession à la Chine en 1997.

Zara a publié son communiqué sur le réseau social Weibo à la suite des soupçons émis par le journal hongkongais Ming Pao, qui se demandait si la fermeture de quatre magasins de la marque à Hong Kong lundi pouvait être interprétée comme un soutien à la grève lancée à l’appel d’étudiants.

Cette interrogation a généré des millions de commentaires.

Le groupe espagnol a déclaré qu’il n’était pas favorable aux grèves et qu’il soutenait le principe “un pays, deux systèmes”, en vertu duquel la Chine dirige l’ancienne colonie britannique.

Le mot-clé Zara était très recherché mardi sur Weibo et le hashtag “communiqué Zara” a été utilisé plus de 170 millions de fois.

Selon une source proche d’Inditex, certains magasins Zara de Hong Kong ont ouvert plus tard que prévu uniquement en raison des perturbations dans les transports liées aux manifestations.

Des milliers d’étudiants ont boycotté les cours mardi, pour une deuxième journée consécutive, et participé à des rassemblements pro-démocratie.

La Chine est le deuxième marché d’Inditex en nombre de magasins, derrière l’Espagne.

Le mois dernier, des personnalités chinoises ont rompu leurs contrats d’ambassadeurs avec certaines marques de mode, parmi lesquelles Coach et Givenchy, auxquelles elles reprochent d’identifier Hong Kong et Taiwan comme des pays, une atteinte à la souveraineté de la Chine selon elles.

L’année dernière, Zara a été critiqué sur les réseaux sociaux chinois pour avoir présenté Taiwan comme un pays indépendant sur un menu déroulant de son site internet. (Pei Li et Tony Munroe Claude Chendjou pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below