August 29, 2019 / 8:20 AM / 3 months ago

Un responsable de la BoJ pointe les risques d'un nouvel assouplissement

KUMAMOTO, Japon, 29 août (Reuters) - La mise en garde jeudi d’un responsable monétaire japonais sur les risques d’une intensification du soutien monétaire déjà massif illustre l’absence de consensus sur un possible nouvel assouplissement destiné à prévenir une éventuelle récession.

Hitoshi Suzuki, un ancien banquier qui a rejoint la Banque du Japon (BoJ), a dit que les taux d’intérêt n’avaient pas encore atteint des niveaux considérés comme un “taux de retournement”, c’est à dire un point où les inconvénients des taux bas en dépassent les avantages.

Mais, pour lui, les taux se rapprochent de ce niveau alors que les institutions financières sont mises à rude épreuve par des années de taux d’intérêt ultra-bas.

Ses propos laissent penser qu’il pourrait s’opposer à une éventuelle proposition du gouverneur de la BoJ, Haruhiko Kuroda, de pousser les taux plus loin encore en territoire négatif.

“Je ne vois pas le besoin actuellement d’assouplir encore la politique monétaire”, a déclaré Hitoshi Suzuki, à des journalistes en marge d’une réunion avec des dirigeants d’entreprise à Kumamoto, dans le sud du Japon.

“Il est difficile de prédire quand le Japon verra les coûts de financement atteindre un taux de retournement. Mais cela pourrait ne pas être si éloigné dans le temps”, a-t-il ajouté.

Ces déclarations soulignent les dissensions au sein des neuf membres du comité de politique monétaire de la BoJ et pourrait compliquer la tâche de son président qui s’est engagé à assouplir “sans hésitation” pour soutenir la reprise de l’économie nippone.

Dans un discours, Hitoshi Suzuki a prévenu que de nouvelles baisses de taux pourraient faire plus de mal que de bien à l’économie car cela conduirait les banques à prélever une commission sur les dépôts à vue pour compenser les effets de taux toujours plus négatifs.

“Si les taux sur les dépôts deviennent effectivement négatifs, cela pourrait pénaliser l’économie en jetant un froid sur la confiance des consommateurs”, a-t-il dit.

“Une fois le système financier déstabilisé, il sera très difficile d’atteindre la stabilité des prix”, a-t-il poursuivi, soulignant que la BoJ devait se montrer plus attentive à la santé du système bancaire japonais dans la conduite de sa politique monétaire.

Les investisseurs s’attendent à ce que la Réserve fédérale et la Banque centrale européenne assouplissent leur politique monétaire le mois prochain pour prévenir les risques de récession liés aux tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.

La réunion de politique monétaire de la BCE se tiendra le 12 septembre, celle de la Fed les 17 et 18 septembre et celle de la BoJ les 18 et 19 septembre. (Marc Joanny pour le service français, édité par Juliette Rouillon)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below