August 29, 2019 / 6:14 AM / 3 months ago

LEAD 2-Pernod Ricard améliore ses résultats et poursuit ses acquisitions

* La croissance organique des ventes de 6%

* La progression du ROC atteint 8,7%, la plus forte depuis 2012

* Une distillerie de whisky prévue en Chine en 2021

* Deux nouveaux administrateur indépendants attendus

* Un T1 “faible” attendu pour cause de comparatif élevé

* Le titre grimpe en Bourse (Actualisé avec détails, cours, commentaires)

par Pascale Denis

PARIS, 29 août (Reuters) - Pernod Ricard a vu la croissance de ses profits s’accélérer grâce à la Chine et a multiplié les initiatives, avec un projet de création d’une distillerie chinoise et la poursuite de ses acquisitions dans le whisky américain.

Ciblé par le fonds activiste Elliott, qui lui réclame plus de marges et une modification de sa gouvernance, Pernod Ricard a promis une accélération de sa croissance et une amélioration de sa rentabilité à travers un nouveau plan à trois ans baptisé “Transform & Accelerate” présenté en février.

A l’issue de la première année de ce plan, le numéro deux mondial des spiritueux a maintenu sa croissance organique à 6% au cours de son exercice clos le 30 juin, comme durant l’exercice précédent, avec une progression de 5% sur le seul dernier trimestre, supérieure aux 3,9% prévus.

Grâce aux performances de son cognac Martell en Chine, un de ses principaux centres de profit, et à son programme de réductions de coûts, Pernod Ricard a dégagé un résultat opérationnel courant (ROC) en progression de 8,7% à taux de changes constants, après une hausse de 6,3% un an auparavant, dépassant les 8% attendus par les analystes.

La hausse de la marge, qui a pris 74 points de base à 28,1%, a elle aussi dépassé les 50 points prévus.

“L’année a été excellente. Elle démontre clairement une accélération de notre performance tout en investissant pour créer de la valeur sur le long terme”, s’est félicité Alexandre Ricard, PDG du groupe.

Interrogé, Elliott s’est refusé à tout commentaire.

PRUDENCE POUR 2019-2020

Le groupe a particulièrement brillé en Chine, son deuxième marché, où la croissance a encore accéléré et bondi de 21%, comme en Inde (3e marché) où les whiskies locaux ont pris 20%.

A l’inverse, les ventes sont restées stables aux Etats-Unis, premier marché du groupe, avec un ralentissement du whisky irlandais Jameson et une nouvelle baisse de la vodka Absolut.

Pernod Ricard a expliqué avoir volontairement réduit ses stocks et renégocié ses contrats chez les grossistes américains pour pouvoir être plus agile sur ce marché clé, précisant que la tendance sous-jacente de ses ventes, à savoir celles réalisées par les distributeurs, “était proche des 4,5% du marché”.

Seul point noir, L’Europe de l’Ouest, où les ventes ont fléchi de 1%, plombées par un conflit commercial en Allemagne et par une chute de 5% en France, où les marques sont pénalisées par la loi alimentation et le relèvement du seuil de revente à perte qui a induit des hausses de prix pouvant atteindre 10%.

Prudent face aux risques liés à la guerre commerciale et à un Brexit sans accord, Pernod Ricard vise pour 2019-2020 une croissance organique de son ROC comprise entre 5% et 7%.

A ce jour, toutefois, les tensions sino-américaines n’ont pas d’impact visible sur la consommation en Chine, a déclaré à Reuters Hélène de Tissot, directrice financière du groupe.

Cette année, les volumes de Martell vendus en Chine seront volontairement limités, afin de préserver la croissance de long terme de la marque, et les ventes devraient progresser d’environ 10% dans le pays, conformément aux prévisions.

La tendance devrait aussi se normaliser en Inde et légèrement dépasser les 10% tandis que le chiffre d’affaires devrait repartir à la hausse aux Etats-Unis.

Le premier trimestre devrait quant à lui être “faible” pour cause de base de comparaison très élevée.

MODIFICATION DE LA GOUVERNANCE

Pernod Ricard a également annoncé la création d’une distillerie de whisky “single malt” en Chine, la première du genre jamais construite dans le pays, pour un investissement de 150 millions de dollars sur dix ans.

Elle produira un whisky haut de gamme susceptible de répondre à l’appétit grandissant des classes moyennes-supérieures pour des produits “made in China”.

Par ailleurs, le groupe a poursuivi ses acquisitions aux Etats-Unis dans le whisky, catégorie clé du marché, avec une offre d’achat sur Castle Brands, propriétaire entre autres du bourbon Jefferson’s, pour 223 millions de dollars (201 millions d’euros environ).

La nomination de deux administrateurs indépendants a également été annoncée, une évolution de la gouvernance - réclamée par Elliott - qui s’inscrit “dans un processus d’amélioration engagé depuis plusieurs années”, selon le groupe tenant ainsi à préciser qu’il n’agit pas sous la pression.

Le résultat net part du groupe, de 1,45 milliard d’euros, recule de 8% pour cause d’éléments exceptionnels et le dividende est porté à 3,12 euros (contre 2,36 euros), avec un taux de distribution qui a atteint 50%, comme annoncé.

Un programme de rachat d’actions pouvant atteindre un milliard d’euros entre 2020 et 2022 a également été dévoilé.

Ces chiffres supérieurs aux attentes et l’annonce du rachat d’actions ont été salués par le marché. Le titre Pernod Ricard prenait 2,5% à 12h00 à la Bourse de Paris, dans un marché en hausse de 1,3%. Il avance de 19,4% depuis janvier, contre une hausse de 25% pour son rival Diageo. (Pascale Denis, édité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below