August 26, 2019 / 12:15 PM / 3 months ago

SYNTHESE-G7-Trump joue l'apaisement sur la Chine et l'Iran

* “On va revenir à la table des discussions” avec Pékin-Trump

* Le G7 “proche d’une conclusion” sur l’Iran, assure-t-il

* Il y a encore du chemin à faire, nuance Merkel

* Amazonie-20 millions de dollars vont être débloqués

* Projet d’accord sur la taxe numérique française-sce

par Marine Pennetier et Simon Carraud

BIARRITZ, Pyrénées-Atlantiques, 26 août (Reuters) - Au troisième et dernier jour du sommet du G7 à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques), le président américain Donald Trump a tendu la main lundi à la Chine dans la guerre commerciale qui fait rage entre Pékin et Washington et s’est montré prêt à laisser une chance à la diplomatie dans l’épineux dossier iranien.

Réunis depuis samedi dans une station balnéaire placée sous haute sécurité, les dirigeants des sept pays du G7 (Etats-Unis, Japon, Allemagne, Royaume-Uni, France, Italie, Canada) ont abordé dans la matinée la question du climat et de l’Amazonie - un sujet à l’origine d’une guerre de mots d’une véhémence rare entre Paris et Brasilia.

Au lendemain de la visite surprise du chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif - qui a rencontré son homologue français Jean-Yves Le Drian et le président Emmanuel Macron -, le locataire de la Maison blanche, apparemment pas froissé par la démarche française, a adopté un ton conciliant.

“Je savais qu’il venait et j’ai respecté le fait qu’il venait”, a-t-il déclaré. “Ce que nous voulons est très simple. Ça doit être non-nucléaire. Nous allons parler des missiles balistiques, nous allons parler du calendrier”, a-t-il ajouté. “Mais ils doivent arrêter le terrorisme. Je pense qu’ils vont changer. Je le pense vraiment. Je pense qu’il y a une occasion pour eux qui se présente.”

Evoquant une “grande unité” entre les membres du G7 sur la question de l’Iran, le président américain a fait savoir, lors d’un entretien bilatéral avec l’allemande Angela Merkel, que les sept pays étaient “plus ou moins” parvenus à une conclusion. La chancelière s’est toutefois montrée plus prudente, soulignant qu’il restait encore beaucoup à faire sur cette question.

“REMETTONS-NOUS À TABLE”

Trois jours après de nouvelles surenchères en matière de droits de douane venues nourrir les craintes d’un coup de frein à la croissance économique mondiale, Donald Trump a également joué l’apaisement avec la Chine.

“La Chine a appelé hier soir nos principaux responsables sur le commerce pour dire: ‘remettons-nous à table’, donc nous allons nous remettre à table et je pense qu’ils veulent faire quelque chose”, a-t-il. “Ils ont été frappés très durement mais ils comprennent que c’est qu’il faut qu’ils fassent”.

Les négociations devraient reprendre très prochainement, a assuré le président américain. “Je crois que nous aurons un accord”.

A Pékin, le ministère des Affaires étrangères a réaffirmé que la Chine était prête à prendre de nouvelles mesures pour protéger ses intérêts si les Etats-Unis mettaient en oeuvre des droits de douane supplémentaires, tout en estimant que les deux pays devaient résoudre leurs différends par la négociation.

Autre sujet, autre ambiance : les présidents français et brésilien ont poursuivi leur échange d’invectives, au départ déclenché par les incendies en cours en Amazonie.

Après s’être taxés de colonialisme et de mensonge, les deux chefs d’Etat ont franchi un nouveau palier, Jair Bolsonaro en s’amusant sur Facebook d’une photographie peu à l’avantage de Brigitte Macron, le président français en déplorant en retour des propos “tristes” et “irrespectueux”.

“Comme j’ai beaucoup d’amitié et de respect pour le peuple brésilien, j’espère très rapidement qu’ils auront un président qui se comporte à la hauteur”, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

A l’origine, Jair Bolsonaro avait pris ombrage de la volonté de son homologue d’inscrire la question amazonienne à l’ordre du jour du sommet du G7, un club dont le Brésil n’est pas membre.

Les protestations du président brésilien n’ont pas empêché les chefs d’Etat et de gouvernement du G7 d’aborder le sujet et de parvenir à un accord sur une enveloppe commune, de vingt millions de dollars au minimum, qui servira à financer la lutte contre les incendies.

PAS DE COMMUNIQUÉ FINAL ATTENDU

Autre accord qui pourrait être officialisé ce lundi, celui entre la France et les Etats-Unis sur la question de la taxe numérique française, source de crispations diplomatiques entre la France et Donald Trump qui a menacé d’imposer en représailles des droits de douane sur les vins français.

Selon une source proche des négociations, un projet d’accord a été trouvé en marge du sommet entre les conseillers finances de la France et des Etats-Unis et devrait être soumis aux chefs d’Etat dans la journée.

Cet accord prévoit un remboursement aux entreprises par la France de la différence entre la taxe française et le nouveau système instauré sous l’égide de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), une fois que ce dispositif aura été mis en place.

Une fois n’est pas coutume, le sommet du G7 ne s’achèvera pas sur un communiqué final commun, une décision de la présidence française qui tente d’éviter un scénario “à la Malbaie” - la volte-face américaine de dernière minute au G7 du Canada de juin 2018. (Avec Jeff Mason, Michel Rose, John Irish, Crispian Balmer, Andreas Rinke à Biarritz, édité par Myriam Rivet)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below