August 24, 2019 / 12:01 PM / 3 months ago

LEAD 1-Si la France est surtaxée par les Etats-Unis, l'UE répondra-Tusk

(Actualisé avec citations supplémentaires)

BIARRITZ, 24 août (Reuters) - L’Union européenne se montrera solidaire de la France et n’hésitera pas à riposter si les Etats-Unis devaient alourdir les droits de douane sur certains produits français, dont le vin, a prévenu samedi le président du Conseil européen.

Le président américain, Donald Trump, a plusieurs fois menacé, vendredi encore, de prendre des mesures de rétorsion après l’adoption, en France, d’une taxe sur les géants du numérique, américains pour la plupart.

Il a cité en premier lieu les vins français, qui pourraient être taxés “comme jamais ils ne l’ont été auparavant”.

“Je protégerai le vin français avec une véritable détermination”, a répliqué Donald Tusk lors d’une conférence de presse à Biarritz, où s’ouvre ce samedi le sommet du G7, en présence d’Emmanuel Macron et de Donald Trump, notamment.

“L’UE est aux côtés de la France, si les Etats-Unis imposent des droits de douane à la France, l’UE répondra de la même manière”, a ajouté l’ex-Premier ministre polonais, tout en précisant que les Européens n’avaient aucune intention d’engager les hostilités avec “leur meilleur allié”.

“Ce bras de fer sur le commerce et les droits de douane n’est pas de notre initiative mais nous devons aussi nous tenir prêts à ce scénario et nous sommes prêts”, a encore dit Donald Tusk, assurant la France de la “loyauté” européenne.

Définitivement adoptée le mois dernier, la taxe de 3% sur les revenus des grandes multinationales du numérique, réunies sous le sigle Gafa (Google, Amazon, Facebook, Apple, entre autres), crée depuis plusieurs mois des remous dans la relation entre France et Etats-Unis, ulcérés par cette initiative.

La France promet pour sa part de renoncer à son impôt national dès qu’une taxe plus large verra le jour, par exemple dans le cadre de l’OCDE (Organisation de coopération et développement économiques).

Lors de sa conférence de presse, Donald Tusk s’est par ailleurs opposé à la proposition américaine de réintégrer la Russie au G7, dont elle a été exclue en 2014 à la suite de l’annexion de la Crimée, et de ressusciter ainsi le G8.

Les motifs qui ont conduit à l’éviction de Moscou sont toujours d’actualité et de nouvelles raisons, concernant notamment l’attitude de la Russie en mer d’Azov, s’y sont ajoutées, selon le président du Conseil européen, qui cèdera bientôt la place au belge Charles Michel.

“J’essaierai aujourd’hui de convaincre mes interlocuteurs qu’il serait préférable de convier l’Ukraine, au titre de simple invitée naturellement, au prochain sommet du G7 (qui se tiendra aux Etats-Unis-NDLR)”, a-t-il dit. (Simon Carraud, édité par Elizabeth Pineau)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below