August 20, 2019 / 9:03 AM / 3 months ago

Salvini veut un budget de 50 milliards d'euros

ROME, 20 août (Reuters) - Matteo Salvini a évalué mardi à 50 milliards d’euros le budget nécessaire en 2020 pour provoquer un “choc” à même de relancer l’économie italienne.

Le chef de file de la Ligue, parti d’extrême droite, a annoncé le 8 août que la coalition formée en juin 2018 avec le Mouvement 5 étoiles (M5S) n’était plus viable et a réclamé des élections anticipées, mais les élus du mouvement contestataire et du Parti démocrate (PD), principale composante de l’opposition, ont refusé de débattre de la motion de censure déposée en ce sens.

Ils envisagent en outre ouvertement de s’associer pour former une nouvelle coalition, afin d’écarter Matteo Salvini.

L’intéressé, qui est vice-président du Conseil et ministre de l’Intérieur, s’est depuis montré plus conciliant et se dit même prêt, moyennant un remaniement ministériel, à continuer à gouverner avec le M5S, qui n’est plus de cet avis.

A la crise gouvernementale s’ajoute le bras de fer budgétaire avec Bruxelles. L’Italie, dont la dette est la plus élevée de la zone euro après celle de la Grèce, a promis à la Commission européenne de réaliser 23 milliards d’euros de recettes supplémentaires en augmentant la TVA le 1er janvier pour se conformer aux règles budgétaires de l’UE.

Or, Matteo Salvini juge non seulement que cette augmentation n’a pas lieu d’être mais qu’il faut réduire la fiscalité dans son ensemble.

“Il nous faut un budget de 50 milliards d’euros. Il ne suffit pas selon moi de ne pas augmenter la TVA. Nous devons commencer à réduire les impôts. Sommes-nous prêts à provoquer ce choc fiscal de relance ? Nous avons besoin d’un gouvernement capable de faire les choses, pas d’un gouvernement qui se contente de se débrouiller”, a-t-il déclaré mardi au micro de Radio 24.

Giuseppe Conte, président du Conseil, doit s’exprimer dans la journée à l’Assemblée au sujet de la crise politique et pourrait remettre sa démission au chef de l’Etat, Sergio Matarella.

Interrogé sur l’éventuelle poursuite de la cohabitation avec le M5S, Matteo a souhaité entendre le discours du chef du gouvernement avant de se prononcer.

Giselda Vagnoni, Jean-Philippe Lefief pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below