May 20, 2019 / 9:02 AM / 3 months ago

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 09H00 GMT (20/05)

LAREM ATTAQUE LE RN SUR LE THÈME DES INFLUENCES ÉTRANGÈRES

PARIS - Ministres et responsables de La République en marche (LaRem) ont multiplié dimanche les critiques contre le Rassemblement national, qu’ils accusent d’être inféodé à Donald Trump et Vladimir Poutine, voire “dans la roue” de l’italien Matteo Salvini, à une semaine des élections européennes.

Se défendant de toute ingérence américaine, russe ou italienne, le RN a taxé en retour le parti présidentiel de “complotisme délirant”.

LaRem a versé trois pièces à son dossier d’instruction : le soutien affiché par l’américain Steve Bannon, le scandale russe éclaboussant l’allié autrichien du parti d’extrême droite et les images de Marine Le Pen au côté du ministre italien Matteo Salvini lors d’un grand meeting à Milan, samedi.

“Ce que je veux, c’est que les Européens s’unissent pour se faire respecter”, a attaqué Nathalie Loiseau, tête de liste de La République en marche et du MoDem aux Européennes, sur France 3. “Ce que veut Mme Le Pen, c’est se vassaliser devant M. Poutine et devant M. Trump.”

BANNON N’A AUCUN RÔLE DANS LA CAMPAGNE, DIT LE PEN

PARIS - Marine Le Pen a réfuté lundi tout rôle de l’Américain Steve Bannon, ex-stratège de Donald Trump, dans la campagne du Rassemblement national aux élections européennes de dimanche.

La présence en France de l’idéologue controversé, qui séjourne dans un palace parisien, est devenue ce week-end un sujet de campagne, La République en marche (LaRem) dénonçant l’influence qui lui est prêtée sur le parti d’extrême droite.

“Il n’a aucun rôle dans la campagne”, a déclaré, sur franceinfo, Marine Le Pen, qui dit avoir appris la venue de Steve Bannon par la presse.

—-

DEUTSCHE BANK A IGNORÉ DES TRANSACTIONS SUSPECTES DE TRUMP-NYT

WASHINGTON - Les dirigeants de Deutsche Bank ont refusé en 2016 et 2017 de saisir les services américains de lutte contre le blanchiment d’argent à propos de transactions suspectes impliquant des sociétés contrôlées par Donald Trump et son gendre Jared Kushner, selon le New York Times.

Dans article publié dimanche soir sur son site internet, le quotidien cite cinq anciens et actuels employés de la banque affirmant que la direction de l’établissement financier a rejeté les mises en garde faites par plusieurs employés et n’a pas informé les autorités fédérales américaines de la situation.

Le NYT précise que certaines transactions, dont plusieurs impliquant la fondation Trump aujourd’hui dissoute, ont provoqué des alertes du système informatique signalant des activités bancaires potentiellement illicites.

—-

DONALD TRUMP MENACE L’IRAN DANS UN TWEET

WASHINGTON - Le président américain Donald Trump a menacé l’Iran de destruction dimanche sur fond de tensions accrues entre Washington et Téhéran.

“Si l’Iran veut se battre, ce sera la fin officielle de l’Iran. Ne menacez plus jamais les Etats-Unis”, a déclaré Donald Trump dans un tweet.

Washington a renforcé les sanctions économiques et renforcé sa présence militaire dans la région du Golfe, en disant craindre des menaces pour ses intérêts de la part de l’Iran.

—-

GOOGLE SUSPEND CERTAINES ACTIVITÉS AVEC HUAWEI - SOURCE

NEW YORK - Google, filiale d’Alphabet, ne fournira plus de logiciels, de matériel informatique et de service technique à Huawei à l’exception des services disponibles en open source, a-t-on appris dimanche de source informée.

L’administration Trump a placé jeudi Huawei Technologies sur une liste noire, rendant presque impossible pour l’entreprise l’achat de produits fabriqués aux Etats-Unis.

Vendredi, le département américain du Commerce a annoncé qu’il pourrait bientôt réduire certaines restrictions imposées au géant chinois des télécoms en délivrant une licence générale temporaire afin d’”empêcher l’interruption des opérations et des équipements du réseau existants”.

Un porte-parole de Google a annoncé, sans entrer dans les détails, que l’entreprise “se conformait à l’ordre et examinait les conséquences”.

Les utilisateurs actuels de téléphone Huawei ne pourront plus mettre à jour le logiciel d’exploitation Android mais pourront toujours utiliser et mettre à jour les applications mobiles fournies par Google, indique-t-on de source informée.

Le géant chinois aura toujours accès à l’Android Open Source Project (AOSP), une version libre de droits du système d’exploitation de Google.

—-

AUTRICHE-LE PRÉSIDENT ENVISAGE DES ÉLECTIONS EN SEPTEMBRE

VIENNE - Le président autrichien Alexander Van der Bellen a souhaité dimanche que des élections anticipées aient lieu début septembre, au lendemain de l’effondrement de la coalition droite-extrême droite formée fin 2017.

Le chancelier Sebastian Kurz l’avait invité la veille à convoquer un nouveau scrutin, après la démission du vice-chancelier Heinz-Christian Strache, chef de file de l’extrême droite, mis en cause par une vidéo qui le montre sollicitant l’aide financière et politique d’une ressortissante russe en échange de marchés publics.

Strache affirme que la publication de cette vidéo est “une tentative d’assassinat politique” et qu’il n’a jamais perçu d’argent. Selon lui, le seul délit qui a été commis est celui d’un enregistrement vidéo illicite lors d’un dîner privé.

—-

OFFENSIVE DES HOUTHIS CONTRE DES OBJECTIFS SAOUDIENS

LE CAIRE - Les Houthis du Yémen ont annoncé dimanche que les frappes contre des installations de la compagnie pétrolière saoudienne Saudi Aramco mardi dernier étaient le début d’une campagne contre 300 cibles militaires, a annoncé dimanche l’agence de presse Saba contrôlée par le groupe chiite.

Les cibles comprennent des quartiers généraux et des sites militaires vitaux aux Émirats arabes unis et en Arabie saoudite, ainsi que leurs bases au Yémen, précise l’agence de presse.

Des drones armés ont frappé deux stations de pompage saoudiennes mardi dernier.

L’Arabie saoudite veut éviter une guerre dans la région mais se tient prête à réagir avec “force et détermination” après les attaques menées contre ses infrastructures pétrolières, a déclaré dimanche un haut responsable.

—-

UKRAINE-LE NOUVEAU PRÉSIDENT DISSOUT LE PARLEMENT KIEV - Le nouveau président ukrainien Volodimir Zelenski a prêté serment lundi et a immédiatement prononcé la dissolution du parlement et convoqué des élections législatives anticipées, espérant obtenir une majorité dans une assemblée dominée par les partisans de son prédécesseur Petro Porochenko.

Zelenski, acteur de séries télé n’ayant aucune expérience politique, a largement remporté l’élection présidentielle organisée le mois dernier en Ukraine.

Son parti, nouvellement créé, n’a aucun représentant au parlement. La convocation d’élections anticipées semblait un impératif pour bénéficier de son actuelle popularité.

Zelenski a précisé que sa première mission sera de parvenir à un cessez-le-feu dans l’est du pays où se poursuivent les affrontements avec les séparatistes prorusses qui ont fait quelque 13.000 morts.

—-

LE PARQUET SUÉDOIS DEMANDE UN MANDAT D’ARRÊT CONTRE ASSANGE

STOCKHOLM - Le parquet de Suède en charge de l’enquête sur des accusations de viol visant Julian Assange a demandé lundi l’émission d’un mandat d’arrêt contre le co-fondateur australien de WikiLeaks, indique le ministère public suédois.

Si ce mandat d’arrêt est délivré, cela constituera la première étape judiciaire en vue d’une demande d’extradition de Julian Assange de la Grande-Bretagne vers la Suède.

Le lanceur d’alerte est actuellement détenu en Grande-Bretagne où la justice l’a condamné à une peine de prison de 50 semaines pour avoir enfreint les conditions de sa mise en liberté conditionnelle.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below