May 2, 2019 / 8:18 AM / 5 months ago

Europe/PMI-Troisième mois de contraction du secteur manufacturier en zone euro

2 mai, Reuters - - Principaux résultats définitifs des enquêtes d’IHS Markit auprès des directeurs d’achat du secteur manufacturier en Europe:

ZONE EURO-TROISIÈME MOIS DE CONTRACTION DANS L’INDUSTRIE

LONDRES - L’activité du secteur manufacturier s’est contractée pour le troisième mois consécutif en avril dans la zone euro, affectée par l’affaiblissement de la demande mondiale, les tensions commerciales et les inquiétudes autour du Brexit, montrent jeudi les résultats définitifs des enquêtes IHS Markit auprès des directeurs d’achat.

L’indice PMI du secteur est ressorti à 47,9 en avril après avoir été estimé à 47,8 en estimation flash. Il remonte ainsi légèrement après son plus bas de six ans de 47,5 touché en mars mais reste sous le niveau de 50 qui délimite contraction et croissance.

Le sous-indice de la production manufacturière, qui entre dans le calcul de l’indice PMI composite publié lundi prochain, est remonté à 48,0 contre 47,2 tout en restant lui aussi sous la barre de 50.

“Le secteur manufacturier est resté en net déclin à l’entame du deuxième trimestre”, commente Chris Williamson, chef économiste chez IHS Markit.

“L’indice de la production dans l’enquête indique une baisse de l’ordre de 1% de la production en rythme trimestriel, ce qui donne à penser que le secteur de production des biens tirera l’économie à la baisse au deuxième trimestre.”

Au premier trimestre, l’économie de la zone euro a rebondi plus que prévu avec une croissance de 0,4%, le double du quatrième trimestre 2018, selon la première estimation communiquée mardi par Eurostat.

ALLEMAGNE-QUATRIÈME MOIS DE CONTRACTION DANS L’INDUSTRIE

BERLIN - L’activité manufacturière s’est contractée pour le quatrième mois consécutif en Allemagne, montre une enquête PMI publiée jeudi qui souligne que le secteur freine la croissance de la première économie de la zone euro à l’entame du deuxième trimestre.

L’indice IHS Markit des directeurs d’achat est ressorti à 44,4, en légère hausse par rapport au mois précédent où il s’était établi à 44,1, mais en-dessous de la première estimation à 44,5.

Il reste nettement sous la barre des 50 qui sépare croissance et contraction de l’activité mais enregistre sa première amélioration d’un mois sur l’autre en neuf mois grâce à un moindre recul du sous-indice de la production et des nouvelles commandes.

Le secteur manufacturier demeure affecté par les difficultés de l’industrie automobile à s’adapter à de nouvelles normes internationales, a expliqué Phil Smith, économiste d’IHS Markit.

“Les difficultés du secteur automobile continuent de se répercuter sur l’ensemble du secteur manufacturier allemand”, a-t-il dit, ajoutant qu’il était trop tôt pour affirmer que la légère amélioration du mois d’avril signifiait que l’activité dans le secteur avait touché son point bas.

Il a indiqué que certaines entreprises avaient déjà réduit leurs effectifs en ne renouvelant pas des contrats temporaires, ajoutant que de nouvelles suppressions de postes pourraient intervenir si la demande ne repart pas.

* L’ACTIVITÉ MANUFACTURIÈRE STABLE EN FRANCE EN AVRIL

PARIS - L’activité dans le secteur manufacturier, annoncée initialement en repli, s’est finalement stabilisée au mois d’avril en France malgré une poursuite du recul de la production et des nouvelles commandes, selon la version définitive de l’indice IHS Markit publiée jeudi.

L’indice PMI synthétique du secteur manufacturier s’est établi à 50,0, sensiblement au-dessus de sa première estimation “flash” de 49,6 publiée le 18 avril et en hausse par rapport à son niveau de 49,7 enregistré en mars.

Il revient ainsi sur le seuil de 50, qui sépare croissance et contraction de l’activité, sous lequel il était passé en mars.

La composante production de l’indice affiche son deuxième mois consécutif de contraction, quoique dans une moindre proportion qu’en mars, du fait d’un affaiblissement de la demande reflété par une nouvelle baisse, modérée sur le mois, des exportations.

La hausse de l’indice a notamment reposé sur une nouvelle augmentation des effectifs du secteur manufacturier français et ce, pour le quatrième mois d’affilée.

Les chefs d’entreprise interrogés, anticipant une hausse prochaine de leurs ventes, restent optimistes sur leur volume d’activité future, leur degré de confiance étant à un plus haut de trois mois.

* LA CONTRACTION RALENTIT EN ITALIE, LE PMI À 49,1

ROME - L’activité manufacturière en Italie s’est contractée pour un septième mois consécutif en avril mais à un rythme moindre, les entrées de commandes restant en retrait, montrent les résultats de l’enquête IHS Markit publiés jeudi.

L’indice des directeurs d’achat (PMI) est ressorti à 49,1 contre 47,4 en mars, toujours sous le niveau de 50 qui marque la frontière entre croissance et contraction mais à son plus haut depuis décembre. C’est aussi meilleur que prévu puisque 13 économistes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur un indice à 47,8.

Le sous-indice des nouvelles commandes est remonté à 47,8, son meilleur niveau de l’année même s’il reste sous 50 pour le neuvième mois consécutif, après 44,9 en mars.

L’Italie, tombée en récession fin 2018, a renoué avec la croissance au premier trimestre avec une hausse de 0,2% de son produit intérieur brut, selon les données préliminaires du PIB publiées mardi.

* L’ACTIVITÉ MANUFACTURIÈRE BRITANNIQUE MARQUE LE PAS

LONDRES - Le coup de fouet donné à l’industrie britannique par le gonflement des stocks en préparation d’une sortie de l’Union européenne paraît s’essouffler, selon l’enquête mensuelle auprès des directeurs d’achat (PMI) publiée mercredi 1er mai.

L’indice manufacturier IHS Markit/CIPS a ralenti à 53,1 en avril, conformément aux prévisions des économistes, après un pic de 13 mois à 55,1 en mars.

L’incertitude entourant le Brexit avait conduit les usines à empiler pièces et matériaux au rythme le plus rapide dans l’histoire des enquêtes PMI, vieille de 27 ans.

La date du divorce entre Londres et Bruxelles, longtemps fixée au 29 mars, ayant été repoussée au 31 octobre au plus tard, le gonflement des stocks s’est apaisé en avril, ce qui n’empêche pas l’indice PMI manufacturier de se maintenir au-dessus du seuil de 50 séparant la contraction de la croissance.

“Les entreprises ont noté que le report de la date prévue du Brexit signifiait qu’il leur fallait maintenir des niveaux d’approvisionnement suffisants pour se couvrir face au grand nombre de scénarios possibles dans les prochains mois”, commente Rob Dobson pour IHS Markit.

* LE PMI MANUFACTURIER ESPAGNOL AU PLUS HAUT DEPUIS JANVIER

MADRID - L’activité dans le secteur manufacturier espagnol a accéléré en avril pour revenir à son meilleur niveau depuis janvier, soutenu par une hausse de la production, des entrées de commandes et de l’emploi, selon l’enquête IHS Markit.

L’indice des directeurs d’achat (PMI) du secteur a atteint 51,8 contre 50,9 en mars, restant pour le deuxième mois consécutif au-dessus de la barre de 50.

“Le secteur manufacturier espagnol a connu un mois relativement positif, surtout dans le contexte d’un environnement difficile pour la demande extérieure”, commente Paul Smith, économiste chez IHS Markit.

“De plus, la hausse de la demande a semblé prendre de court un certain nombre de fabricant, obligeant les entreprises à puiser dans leurs stocks en fin de mois et, dans certains cas, à se plaindre d’un manque d’effectifs.”

Le sous-indice de l’emploi a progressé à 51,3 contre 51,1 en mars.

* L’INDICE PMI MANUFACTURIER IRLANDAIS EN BAISSE À 52,5

DUBLIN - Le secteur manufacturier irlandais a connu en avril sa plus faible expansion depuis les lendemains du vote sur le Brexit au Royaume-Uni, selon les résultats de l’enquête auprès des directeurs d’achat publiés mercredi 1er mai.

L’indice PMI calculé par AIB a reculé à 52,5 contre 53,9 en mars, retombant à son plus bas niveau depuis deux ans et demi.

“Cela reste cohérent avec une croissance solide dans le secteur. Malgré sa baisse d’avril, l’indice PMI manufacturier irlandais continue de surperformer son homologue de la zone euro, qui est ressorti à 47,8 dans sa version préliminaire en avril”, a noté Oliver Mangan, chef économiste chez AIB. (Buraux européens de Reuters sous la conduite de Jonathan Cable à Londres, Véronique Tison, Marc Joanny et Yann Le Guernigou pour la version française)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below