April 29, 2019 / 11:52 AM / 25 days ago

ENCADRE-Les prochaines étapes après les élections en Espagne

MADRID, 29 avril (Reuters) - Le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) a remporté dimanche les élections législatives en Espagne sans parvenir à atteindre la majorité absolue au Congrès des députés, la chambre basse du Parlement (123 sièges sur 350 *).

Pedro Sanchez, secrétaire général du PSOE et président du gouvernement sortant, va maintenant se mettre en quête de partenaires pour former une nouvelle coalition de gouvernement.

Ces négociations prendront des semaines, peut-être même des mois, d’autant plus que d’autres élections, locales et régionales, sont prévues le 26 mai, parallèlement aux élections européennes, ce qui risque de retarder les tractations gouvernementales.

LE CALENDRIER

La session inaugurale de la nouvelle chambre basse du Parlement a lieu le 21 mai.

Le roi Felipe consultera ensuite les chefs des partis politiques afin de choisir un candidat au poste de président du gouvernement susceptible d’être soutenu par le Congrès.

Felipe n’a pas de date butoir pour proposer un nom.

Le prétendant au poste de chef du gouvernement doit être soutenu par la majorité absolue des députés au premier tour de scrutin parlementaire. Au deuxième tour, une majorité simple est suffisante.

Si le candidat ne parvient pas à être élu, les députés ont deux mois pour trouver un nouveau président du gouvernement, faute de quoi le parlement est automatiquement dissous et de nouvelles élections doivent être organisées dans un délai de 54 jours.

LE SCÉNARIO LE PLUS PROBABLE

De nombreux analystes politiques parient sur un gouvernement de coalition réunissant le PSOE et le parti de gauche Podemos (42 députés), même si les deux formations n’auraient toujours pas la majorité absolue.

En s’alliant, PSOE et Podemos cumuleraient 165 sièges. Il leur manquerait 11 sièges pour être majoritaires au Congrès et devraient s’appuyer sur des petits partis comme les nationalistes basques ou séparatistes catalans.

LES AUTRES POSSIBILITÉS

En cas d’échec des discussions PSOE-Podemos, Pedro Sanchez pourrait approcher le parti de centre droit Ciudadanos, qui a obtenu 57 sièges. Les deux partis disposeraient ainsi d’une majorité absolue.

Un tel gouvernement de coalition est le scénario espéré par les marchés financiers mais il est jusqu’à présent écarté par les deux partis. Albert Rivera, le président de Ciudadanos, a promis à ses partisans que son parti dirigerait l’opposition contre Pedro Sanchez. Lors d’un rassemblement de victoire dimanche soir, les militants socialistes scandaient quant à eux: “Pas avec Rivera !”

Pedro Sanchez pourrait aussi, comme l’ont suggéré plusieurs ministres du gouvernement sortant, continuer à gouverner avec une minorité de sièges au Congrès, comme il le fait depuis juin 2018.

* Résultats non définitifs. Les résultats définitifs sont attendus dans le courant du mois de mai. Axel Bugge et Isla Binnie Jean-Stéphane Brosse pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below