April 18, 2019 / 8:33 PM / 5 months ago

POINT MARCHÉS-Wall Street finit en hausse, avec les industrielles (actualisé)

(Actualisé avec volumes, autres marchés)

* Le Dow gagne 0,42%, le S&P 0,16%, le Nasdaq 0,02%

* Le Dow prend 0,56% sur la semaine, le S&P cède 0,08%

* Les industrielles (+1,1%) en vue après de solides résultats

* Pinterest bondit de 28% pour ses débuts en Bourse

* Le dollar accentue son avance après les ventes au détail US

*

18 avril (Reuters) - La Bourse de New York a fini en hausse modérée jeudi, dans des échanges volatils à la veille du long week-end pascal, portée par des statistiques meilleures que prévu et de solides résultats dans le secteur industriel.

L’indice Dow Jones a gagné 110,00 points, soit 0,42%, à 26.559,54 points et le S&P-500, plus large, a pris 4,58 points ou 0,16% à 2.905,03.

Le Nasdaq Composite est revenu dans le vert en toute fin de séance pour finir sur un gain de 1,98 point, soit 0,02%, à 7.998,06.

Le marché sera fermé vendredi pour Vendredi Saint mais rouvrira lundi, contrairement aux places européennes.

Sur cette semaine écourtée, le Dow a gagné 0,56% et le Nasdaq 0,17% mais le S&P a abandonné 0,08%, mettant fin à une série de trois semaines de hausse qui l’ont ramené à moins de 1% de son record de septembre. L’indice de référence des gérants américains conserve un gain de 15% depuis le 1er janvier.

L’annonce de ventes au détail supérieures aux attentes et d’une nouvelle baisse des inscriptions au chômage a rassuré sur l’état de l’économie américaine tandis que la publication du rapport du procureur spécial Robert Mueller sur l’enquête russe n’a pas réservé de surprise.

“Le marché essaye de voir si le rapport Mueller sera préjudiciable pour la réélection de Trump”, commente Rick Meckler, chez Cherry Lane Investments à New Vernon (New Jersey). “Mais comme il reste un an et demi avant l’élection et qu’aucun challenger démocrate ne s’impose encore, l’attention va vite se focaliser à nouveau sur les négociations commerciales avec la Chine et les résultats de sociétés.”

Sur les 77 sociétés du S&P 500 qui ont publié à ce jour leurs comptes du premier trimestre, 78% ont eu des bénéfices meilleurs que prévu, selon les données de Refinitiv. L’estimation moyenne pour les bénéfices du premier trimestre a du coup été relevée mais elle reste négative de -1,7%, ce qui serait la première contraction des profits depuis 2016.

Les résultats battent le consensus “mais pas dans des proportions suffisantes pour insuffler un nouvel élan au marché”, constate Paul Nolte, gérant chez Kingsview Asset Management à Chicago.

Quelque 6,79 milliards d’actions ont changé de mains, un volume conforme à la moyenne des 20 dernières séances.

VALEURS

Sept des 11 grands indices sectoriels S&P ont fini en hausse, emmenés par les industrielles (+1,11%) alors que l’énergie (-0,53%) a fini en queue de peloton.

Union Pacific (4,36%) et Honeywell International (3,79%) ont mené la hausse des industrielles après leurs résultats.

En vedette, le site de partage de photos Pinterest a bondi de 28,42% pour son premier jour de cotation sur le New York Stock Exchange. Encore plus impressionnant, le plus modeste Zoom Video Communications, qui propose de nouvelles technologies de visioconférence, s’est envolé de 72% pour ses débuts sur le Nasdaq.

A la baisse, le groupe parapétrolier Schlumberger a perdu 3,90% après l’annonce d’un bénéfice trimestriel en baisse de 20%.

Altria, le fabricant des Marlboro et actionnaire majoritaire des cigarettes électroniques Juul, a cédé 3,22% alors que le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a proposé jeudi de porter de 18 à 21 ans l’âge minimum pour l’achat de tabac et de vapoteurs aux Etats-Unis.

LES INDICATEURS DU JOUR

Dopées notamment par les achats de voitures, les ventes au détail ont augmenté de 1,6% en mars, leur plus forte progression mensuelle depuis près d’un an et demi, signe que l’économie américaine rebondit après un début d’année difficile.

Le marché du travail reste robuste avec une baisse des nouvelles inscriptions au chômage à 192.000 la semaine dernière, au plus bas depuis septembre 1969.

L’activité économique dans le nord-est des Etats-Unis a en revanche vu sa croissance ralentir en avril, avec un indice “Philly Fed” à 8,5 contre 13,7 en mars et 10,4 attendu, selon l’enquête de mensuelle de la Fed de Philadelphie.

LA SÉANCE EN EUROPE

Les principales Bourses européennes avaient auparavant terminé en légère hausse, à l’exception de Londres, soutenues par la faiblesse de l’euro et des rachats de positions à découvert avant le long week-end Pâques qui ont contrebalancé des enquêtes d’activité auprès des directeurs d’achats inférieures aux attentes en zone euro.

À Paris, l’indice CAC 40 a terminé en hausse de 0,31% à 5.580,38 points, son plus haut niveau de clôture depuis le 22 mai il y a 10 mois. Le Dax allemand a pris 0,57% mais le Footsie britannique a cédé 0,15%.

L’indice EuroStoxx 50 a progressé de 0,62%, le FTSEurofirst 300 de 0,21% et le Stoxx 600 de 0,22% à 390,46 points, au plus haut depuis le 7 août 2018.

Sur la semaine écourtée, le CAC a gagné 1,4% et le Stoxx 600 0,76%.

TAUX

La statistique vigoureuse des ventes au détail n’a pas empêché les rendements obligataires de reculer, poursuivant le repli entamé mercredi après un pic de quatre semaines à 2,614% pour les Treasuries à 10 ans.

“Le chiffre des ventes au détail est super mais (le marché) semble plus sensible aux difficultés en Europe”, commente Mary Anne Hurley, chez D.A. Davidson à Seattle, en faisant allusion aux indices PMI publiés en début de journée qui ont pesé sur les rendements dans la zone euro.

Le rendement du 10 ans américain s’inscrivait en fin de séance à 2,5596% contre 2,592% mercredi, celui du 30 ans à 2,961% contre 2,992% et celui des notes à 2 ans à 2,384% contre 2,402%, au-dessus toutefois de leurs plus bas du jour.

“La statistique des ventes au détail confirme la tonalité plus positive d’autres indicateurs récents et écarte la crainte d’une chute brutale”, dit Andrew Hunter, économiste pour les Etats-Unis chez Capital Economics à Londres. “Mais cela ne change pas notre point de vue selon lequel le PIB (américain) tombera sous sa croissance potentielle de 2% dans les prochains trimestres.”

CHANGES

L’euro, déjà affaibli en début de journée par les PMI européens, a perdu encore du terrain face au dollar après la publication des ventes au détail et des inscriptions au chômage bien meilleures que prévu aux Etats-Unis.

“En l’espace de quelques heures, on a eu le rappel opportun que le leadership en matière de croissance est clairement en faveur du dollar”, commente Richard Franulovich, stratège changes chez Westpac Banking à New York.

L’euro/dollar cédait 0,57% à 1,1230 en fin de séance et l’indice dollar, qui mesure la valeur du billet vert face à six monnaies de référence, s’octroyait 0,46% à 97,451.

PÉTROLE

Les cours du pétrole ont terminé en hausse sur le Nymex, inspirés en fin de séance par l’annonce d’une baisse des puits en activité aux Etats-Unis.

Le contrat mai sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a gagné 0,38% à 64,00 dollars le baril et le Brent a pris 0,49% à 71,97 dollars.

A SUIVRE VENDREDI :

Les marchés sont fermés des deux côtés de l’Atlantique pour le Vendredi saint. Lundi, ferié en Europe, devrait être calme sur le marché américain mais le reste de la semaine sera chargé en publications de résultats avec pas moins de 155 entreprises du S&P 500 au programme, représentant plus de 35% de la capitalisation boursière de l’indice phare américain. (avec Stephen Culp à New York et Amy Caren Daniel à Bangalore, Véronique Tison pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below