April 17, 2019 / 10:35 AM / 3 months ago

GESTION-Carmignac parie sur une poursuite du rebond des actions

PARIS, 17 avril (Reuters) - La stabilisation de l’économie chinoise devrait permettre une amélioration de la conjoncture mondiale qui, couplée avec l’action accommodante des banques centrales, devrait alimenter une poursuite du rebond des marchés d’actions cette année, estiment les gérants de Carmignac.

“Si l’on considère une stabilisation du contexte macroéconomique et l’action des banques centrales, la probabilité d’une poursuite du rebond du marché actions est relativement importante”, a indiqué mercredi Frédéric Leroux, responsable de l’équipe Cross Asset, lors d’une conférence de presse.

Pour le gérant, les mesures de relance prises par le gouvernement chinois sont un élément important de stabilisation de la conjoncture.

Il constate que ces dernières années, toutes les phases d’impulsion de la politique fiscale et monétaire de la Chine ont précédé un redémarrage de l’économie mondiale.

“On a connu ce phénomène trois fois depuis 2008 et on est en train de le connaître à nouveau. La stimulation sera moins importante qu’en 2015, mais la Chine pourra se sauver elle-même et ce faisant, le monde”, explique le gérant.

L’Europe devrait bénéficier en premier du redémarrage de la croissance mondiale via la Chine, estime-t-il, notant des signes précurseurs d’amélioration comme le rebond des nouvelles commandes en Suède.

Les Etats-Unis, en revanche, devraient être à la traîne et ralentir quand l’Europe et la Chine se stabiliseront.

“Les marges des entreprises sont sous pression dans les services, ce qui va conduire à des investissements sensiblement plus faibles avec un effet pour le PIB dans son ensemble”, fait valoir Frédéric Leroux.

Il écarte néanmoins le scénario d’une récession de l’économie américaine, compte tenu des deux “forces anti-récessives” que constituent la résolution de soutenir l’économie affichée aussi bien par la Fed que par Donald Trump.

Par ailleurs, l’inflation reste faible aux Etats-Unis comme en Europe, ce qui laisse des marges de manoeuvre aux banques centrales pour réagir promptement si jamais le ralentissement était d’une ampleur non désirée.

“TEINTE CYCLIQUE” DANS LES PORTEFEUILLES

Ce contexte est très favorable aux marchés d’actions, d’autant que les révisions à la baisse des estimations de résultats des entreprises se sont arrêtées et que les investisseurs restent globalement peu investis sur les actions en dépit du fort rally boursier du début d’année.

“Ce positionnement atypique réduit le risque de baisse des marchés car les investisseurs profiteront des phases de repli pour se positionner”, estime Frédéric Leroux.

Outre la stabilisation de l’économie chinoise et l’action des banques centrales, les marchés d’actions pourraient profiter d’un troisième moteur avec la faiblesse attendue du dollar dans les prochains mois, qui profiterait à l’univers émergent mais pas seulement.

“Le dollar pourrait dans les semaines ou mois qui viennent entrer dans une phase de dépréciation qui pourrait être à l’origine d’une deuxième vague d’appréciation du marché d’actions”, indique Frédéric Leroux, qui estime que les indices boursiers pourraient finir l’année “sensiblement plus hauts” que les niveaux actuels.

Cela a poussé les gérants de Carmignac à “remettre un peu de cyclicité” dans les portefeuilles. La poche actions du fonds diversifié Carmignac Patrimoine, le fonds phare de la société de gestion, a été portée à 41% contre 28% en début d’année et une exposition maximale de 50%.

Au sein de l’exposition actions, l’accent reste porté sur les valeurs de croissance à long terme mais quelques valeurs cycliques, notamment les banques européennes et les exportateurs industriels américains, ont été entrées en portefeuille.

NOUVELLE DÉCOLLECTE

Au sein de la poche obligations (38% du fonds Patrimoine), la sensibilité a été augmentée pour s’indexer à un mouvement de baisse de taux pour prendre en compte le ralentissement économique, indique Rose Ouahba, responsable de l’équipe obligataire.

Mais des éléments de risque ont aussi été ajoutés, avec notamment un positionnement sur le crédit à haut rendement.

Sur le premier trimestre, le fonds Carmignac Patrimoine a généré une performance positive de 4,23% en dépit d’une exposition faible aux actions en début d’année, a souligné Didier Saint-Georges, membre du comité d’investissement.

“Cela montre la pertinence de notre sélection de valeurs pour générer de l’alpha”, a-t-il indiqué.

Carmignac, l’un des principaux acteurs de l’industrie de la gestion d’actifs en Europe, a néanmoins connu sur la période une nouvelle décollecte et affichait à fin mars des encours de 39,3 milliards d’euros contre 42 milliards fin 2018.

“Le rythme de décollecte s’atténue petit à petit mais nous continuons de subir les mauvaises performances de l’an dernier”, a expliqué Didier Saint-Georges.

Le fonds Carmignac Patrimoine a accusé en 2018 une performance négative de 11,29%.

VOIR AUSSI:

L’économie chinoise se stabilise, pas encore tirée d’affaire (Blandine Hénault, édité par Patrick Vignal)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below