April 17, 2019 / 10:00 AM / in 5 months

Les banques italiennes vont discuter de l'avenir de Carige jeudi-sces

ROME, 17 avril (Reuters) - Les principales banques italiennes vont débattre jeudi de leur soutien éventuel au dernier plan de sauvetage de Banca Carige via une prise de participation au capital de l’établissement génois aux côtés d’un fonds appartenant à BlackRock, ont dit à Reuters deux sources proches de ces discussions.

Les banques italiennes sont venues à la rescousse de Carige en novembre en souscrivant à une émission obligataire hybride de 320 millions d’euros destinée à relever le ratio de fonds propres de l’établissement.

Elles doivent désormais se réunir jeudi à Milan pour réfléchir à la conversion de ces titres hybrides en actions afin d’aider Carige à combler un manque de fonds propres de 630 millions d’euros en réduisant l’investissement nécessaire du fonds de BlackRock.

Ce dernier, numéro un mondial de la gestion d’actifs, a refusé de s’exprimer sur le sujet.

La Banque centrale européenne (BCE) a demandé aux trois administrateurs qu’elle a placés en début d’année à la tête de Carige de trouver un acquéreur pour la banque génoise et elle a repoussé à mi-mai la date-butoir pour la présentation d’offres contraignantes.

Le fonds de BlackRock est le dernier investisseur connu à envisager une offre sur Carige.

Premier actionnaire de Carige avec 27,6% du capital, la famille Malacalza pourrait aussi injecter de l’argent dans la banque pour éviter une trop forte dilution de sa participation, ont dit les sources. Les Malacalza, qui ont bloqué en décembre un projet d’augmentation de capital de 400 millions d’euros, ont eu des contacts avec le fonds de BlackRock, selon les sources.

Le gouvernement italien a mis de côté un milliard d’euros susceptibles d’être mobilisés pour acheter des actions Carige en cas d’échec d’une solution impliquant les investisseurs privés.

Lors de la présentation de leurs résultats annuels, plusieurs banques italiennes ont fait savoir qu’elles avaient intégralement déprécié leur investissement dans Carige dans leurs comptes.

Malgré cela, la plupart d’entre elles ne souhaitent pas devenir actionnaires de Carige via la conversion d’obligations, qui est en outre soumise à une procédure de vote très complexe. (Bertrand Boucey pour le service français, édité par Catherine Mallebay-Vacqueur)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below