February 27, 2019 / 12:12 PM / 4 months ago

La CE pointe des déséquilibres dans la moitié des pays de l'UE

* Treize pays de l’UE connaissent des déséquilibres économiques

* Italie, Grèce et Chypre présentent des déséquilibres “excessifs”

* La France ciblée pour sa faible productivité

par Francesco Guarascio

BRUXELLES, 27 février (Reuters) - La moitié des pays de l’Union européenne (UE) connaissent des déséquilibres économiques qui diffèrent grandement les uns des autres, relève la Commission européenne, alors que le bloc s’interroge sur les modalités du renforcement de son intégration après le départ du Royaume-Uni.

Dans son évaluation annuelle de la situation économique et sociale des Etats-membres publiée mercredi, la Commission réitère sa mise en garde sur le fait que des déséquilibres qui ne sont pas traités par les pays concernés ont un effet négatif pour l’UE dans son ensemble et souligne qu’un nombre croissant de pays sont confrontés à des déficits.

Au moment où la croissance économique ralentit, “les défis varient considérablement d’un pays à l’autre et requièrent des mesures appropriées et déterminées”, écrit la Commission dans son rapport.

Treize pays sont pointés du doigt pour leurs déséquilibres économiques, deux de plus qu’il y a un an.

Parmi eux, l’Italie, la Grèce et Chypre présentent des déséquilibres “excessifs” qui appellent une correction rapide. La Commission s’inquiète tout particulièrement du ratio élevé des prêts douteux au sein de leur système bancaire et de leurs niveaux élevés d’endettement public et privé.

L’exécutif européen pense que la dette publique de l’Italie augmentera cette année, alors que Rome juge qu’elle diminuera, parce qu’il lui semble improbable que l’Etat enregistre d’importantes recettes de privatisation.

Rome prévoit des recettes de privatisation représentant 1% du PIB et une baisse de la dette à 130,7% du PIB.

Sans ces recettes, le rapporte de la dette au PIB risque de rester stable, à près de 132%, pour autant qu’on croit aux prévisions de croissance optimistes de Rome, ajoute la Commission.

La Bulgarie, l’Allemagne, l’Espagne, la France, la Croatie, l’Irlande, les Pays-Bas, le Portugal la Roumanie et la Suède connaissent des déséquilibres mais de moindre ampleur, souligne la Commission.

Les déséquilibres de la Croatie ne sont toutefois plus considérés comme excessifs.

Cependant, aucun des pays visés n’a suffisamment réduit les déséquilibres pointés par la Commission dans son rapport de l’année dernière, montrant qu’ils ont largement ignoré les recommandations, notamment budgétaires, de l’exécutif européen.

FONDS DE RÉFORMES

Les difficultés varient d’un pays à l’autre, la France se singularisant par une faible productivité, l’Italie par un chômage et un endettement importants et l’Allemagne par un retard dans les investissements.

L’évaluation annuelle des progrès des pays membres dans la réalisation de leurs priorités économiques et sociales a été lancée à la suite de la crise financière de 2008-2009 pour remédier aux déséquilibres susceptibles d’affaiblir la croissance de l’UE.

Des déséquilibres majeurs n’ont toutefois toujours pas été résorbés. Ainsi l’endettement public italien n’a pas diminué tandis que l’Allemagne affiche toujours des excédents commerciaux massifs.

L’effort des réformes structurelles a aussi calé au cours des dernières années dans de nombreux pays.

“Pour libérer tout le potentiel de croissance de nos économies, nous avons besoin de réformes structurelles”, déclare Valdis Dombrovskis, le vice-présent de la Commission pour l’euro et le dialogue social, dans un communiqué.

Afin de réduire les déséquilibres existants et les divergences économiques entre pays-membres, la Commission a proposé l’année dernière la mise en place d’un fonds doté de 25 milliards d’euros destinés à soutenir les pays s’engageant dans des réformes structurelles, comme celle du marché du travail et des systèmes de retraite.

L’Allemagne et la France ont apporté leur soutien à ce projet qui ne verra toutefois le jour que si tous les pays de l’UE le valident, ce qui n’est pas le cas pour l’instant.

S’il est adopté, le fonds pourrait commencer ses financements en 2021, année de démarrage de la prochaine période de programmation 2021-2027 de l’UE.

Marc Joanny pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below