February 26, 2019 / 2:26 PM / 4 months ago

REACTIONS au discours de May devant les Communes

(Actualisé)

LONDRES, 26 février (Reuters) - Theresa May a proposé mardi aux députés britanniques de voter le mois prochain sur un Brexit sans accord ou sur un report “court et limité” de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, au cas où son projet de retrait négocié avec les Européens serait une nouvelle fois rejeté par le Parlement de Westminster.

Principales réactions à son intervention, qui marque un changement de stratégie.

DIRIGEANT DE L’OPPOSITION TRAVAILLISTE

“On dit que l’histoire se répète, la première fois, c’est une tragédie, la seconde fois, une farce. Pour la énième fois, on peut que parler d’une initiative ridiculement irresponsable.

“Il ne s’agit pas de tergiversations, c’est une stratégie délibérée visant à jouer la montre.

“La Première ministre promet de mettre en oeuvre une chose qu’elle sait inatteignable, et elle se joue des gens.”

JACOB REES-MOGG

ÉLU CONSERVATEUR,

CHEF DE FILE DES EUROSCEPTIQUE DE L’EUROPEAN RESEARCH GROUP

“A l’évidence, la possibilité existe que le Brexit sera différé.

“S’il s’agit de remplacer le ‘backstop’ nord-irlandais (...), cela sera positif - et donner du temps pour qu’une législation soit adoptée, cela aussi, ce serait parfaitement acceptable.

“Si en revanche il est différé - ce que je soupçonne - comme un moyen de stopper totalement le Brexit, ce sera je pense l’erreur la plus grave que des politiciens puissent commettre.

“Cela reviendrait à renverser les résultats du référendum (de juin 2016) et de deux élections générales (...) et nuirait à notre démocratie.”

NICK BOLES

ÉLU CONSERVATEUR, PARTISAN D’UN MAINTIEN DANS L’UE

“La Première ministre a fait une concession significative. Les engagements précis qu’elle a pris depuis sa tribune reflètent précisément les termes du projet d’amendement Cooper-Letwin (ndlr, un texte parlementaire censé éviter le risque d’un Brexit sans accord).

“La question qui se pose à chacun d’entre nous est la suivante: peut-on lui faire confiance pour faire ce qu’elle a promis ?”

ÉLU CONSERVATEUR, EUROSCEPTIQUE

“La Première ministre a répété plus de cent fois que nous quitterions l’Union européenne le 29 mars avec ou sans un accord.

“La question à laquelle elle n’a répondu, c’est de quelle manière son gouvernement et elle voteront si elle échoue de nouveau à faire ratifier l’accord de retrait révisé et s’il y a un vote pour décider d’accepter ou non de partir sans accord.

“Si c’est conforme à sa politique passée, alors à l’évidence son gouvernement et elle devront voter en faveur d’un départ sans accord. Nous nous souvenons tous que la Première ministre a déclaré aussi qu’une absence d’accord valait mieux qu’un mauvais accord.

“Je le redis: nous savons que si l’option du ‘no deal’ est retirée de la table, nous n’aurons plus aucun levier sur l’UE pour l’amener à poursuivre les négociations.”

DONT DÉPEND LA MAJORITÉ PARLEMENTAIRE DE MAY

“Nous sommes concentrés sur la date du 29 mars et nous pensons qu’il reste suffisamment de temps pour obtenir les changements nécessaires pour permettre au parlement d’approuver l’Accord de retrait.

“C’est le mandat qui a été donné à la Première ministre et nous la soutenons dans sa quête des changements nécessaires qui rassureront le parlement sur le backstop.”

HOSTILE AU BREXIT

“La Première ministre n’agit toujours pas dans l’intérêt supérieure du Royaume-Uni ni d’aucune de ses parties constituantes.

“Ce n’est qu’une manoeuvre cynique qui cherche à intimider les parlementaires pour leur faire accepter son mauvais accord, un accord qui nous ferait sortir de l’Union européenne, du marché unique et de l’union douanière sans précision sur ce qui viendrait ensuite.

“Personne ne doit s’y laisser prendre.”

UN HAUT RESPONSABLE EUROPÉEN, SOUS COUVERT D’ANONYMAT

“Si une demande pour un report de la date du Brexit est présentée, elle sera étudiée favorablement (...) Une extension de quelques mois seraient relativement simple.”

Ce discours, s’est félicité un autre, a remis des “arguments rationnels” dans le débat sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Un report du Brexit serait “une solution logique”, dans la mesure où il n’y a pas de majorité au Parlement britannique pour voter l’accord de sortie de l’UE, avait déclaré lundi le président du Conseil européen, Donald Tusk.

MINISTRE FRANÇAIS DE L’ÉCONOMIE ET DES FINANCES

“Il y a un accord (de retrait). Nous pensons que c’est un accord équitable, que c’est un bon accord et c’est au gouvernement britannique d’évaluer la meilleure manière de ratifier cet accord.

“En cas d’appel à une extension de l’Article 50, nous devrons comprendre pourquoi. C’est au gouvernement britannique de nous expliquer pourquoi.”

MINISTRE BELGE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES

“Nous ne sommes pas contre (ndlr, un report du Brexit). Bien sûr, ce sera plus simple à faire avec une feuille de route, en sachant ce que nous sommes en train de faire réellement. Parce qu’il s’agit juste de prolonger les choses, ce sera plus difficile.

“Comme il y a quelques semaines, nous attendons certaines décisions de Londres. Ce sera ça, la première étape.”

Principaux EXTRAITS de l’intervention de May

LE POINT sur les négociations du Brexit

LA CHRONOLOGIE des négociations du Brexit

Bureaux de Reuters Henri-Pierre André pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below