February 11, 2019 / 8:42 AM / 10 days ago

LEAD 2-France-Légère accélération de la croissance au T1-Banque de France

 (Actualisé avec commentaires d'analystes, précisions)
    PARIS, 11 février (Reuters) - La croissance de l'économie française devrait
atteindre 0,4% au premier trimestre 2019, selon la première estimation de la
Banque de France publiée lundi, grâce aux mesures du soutien au pouvoir d'achat
décidées par le gouvernement en réponse à la crise des "Gilets jaunes", estiment
les économistes.
    Ce taux de 0,4% représenterait une petite accélération par rapport à la
hausse de 0,2% du produit intérieur brut (PIB) pour le quatrième trimestre 2018
publiée par la Banque de France le 11 janvier et au chiffre de
+0,3% donné en première estimation le 30 janvier par l'Insee pour le PIB des
mêmes trois derniers mois de 2018.
    L'activité économique devrait bénéficier pour ces trois premiers mois de
l'année non seulement des mesures en faveur du pouvoir d'achat telles que
l'élargissement de la prime d'activité ou la défiscalisation des heures
supplémentaires, mais aussi d'un effet de rattrapage par rapport aux mesures du
second semestre 2018 (allègement des cotations salariales, etc.) dont on n'a pas
vu les effets sur le moment, souligne Eric Heyer, directeur à l'Observatoire
français des conjonctures économiques (OFCE).
    L'OFCE anticipera sans doute elle aussi une croissance de 0,4% pour les
trois premiers mois de 2019 une fois sa prévision affinée, voire de 0,5%,
estime-t-il.
    Au soutien de la consommation des ménages s'ajoute celui des industriels
français qui semblent particulièrement optimistes. Ils anticipent une hausse de
10% de leurs investissements cette année, selon une enquête de l'Insee parue
mardi dernier. 
    Philippe Waechter, directeur des études économiques chez Ostrum AM, se
montre prudent par rapport à ce chiffre en soulignant le contexte européen
"préoccupant" qui entoure la France. Les chefs d'entreprises français ne peuvent
"faire cavalier seul", estime-t-il.
    De fait, l'économie britannique marque le pas, selon les chiffres publiés
lundi matin. 
    A cela s'ajoutent les incertitudes liées au Brexit, au degré de
ralentissement de la croissance chinoise et à la guerre commerciale entre les
Etats-Unis et la Chine, souligne Eric Heyer.
    D'autres points positifs sont toutefois à prendre en compte, ajoute-t-il :
un prix du baril de pétrole en net repli et un euro qui ne s'apprécie pas.
    Selon la banque centrale française, la progression de l'activité s'est
confirmée en janvier dans le bâtiment. "Les carnets de commandes sont très bien
garnis", souligne-t-elle. En février, l'activité devrait continuer à croître
selon les professionnels interrogés. Dans ce domaine, l'indice d'activité ICA
s'établit à 105 en janvier, comme en décembre. 
    Dans les services, après un ralentissement de l'activité en janvier, les
chefs d'entreprises prévoient une accélération en février. L'indice ICA est à
100 en janvier après 101 en décembre.
    Dans l'industrie, l'activité reprendrait en février après une diminution de
la production en janvier, selon les chefs d'entreprises interrogés. L'activité a
notamment été en berne dans l'aéronautique, la chimie et la métallurgie. A
l'inverse, souligne la Banque de France, les équipements électriques et les
produits informatiques restent "dynamiques". L'indice de secteur est à 99 en
janvier contre 102 en décembre.   
    
 Le point sur la conjoncture française                        
 Graphique: Les chiffres clés de l'économie   tmsnrt.rs/2B7G9qP
 
 (Danielle Rouquié, édité par Simon Carraud et Yves Clarisse)
  
0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below