February 7, 2019 / 11:59 AM / 10 days ago

LEAD 2-France-Dégradation contenue du déficit commercial malgré l'énergie

* Déficit commercial de €59,9 mds après €57,8 mds en 2017

* Alourdissement de €6,7 mds de la facture énergétique

* Retour à l’excédent agricole

* Amélioration attendue pour 2019 - économiste (Actualisé avec commentaire Lemoyne §§ 7-8)

PARIS, 7 février (Reuters) - Le déficit commercial de la France s’est légèrement dégradé en 2018, l’alourdissement de la facture énergétique lié à la hausse des prix du pétrole n’étant que partiellement compensé par une nette amélioration du solde manufacturier et d’un retour à l’excédent des échanges agricoles.

La balance commerciale de la France, dont le dernier excédent remonte à 2003, a enregistré l’an dernier un déficit de

59,9 milliards contre 57,8 milliards en 2017.

Dans un contexte marqué par un ralentissement de la croissance mondiale et française et la montée des tensions commerciales, les échanges de la France sont restés dynamiques mais leur progression a ralenti par rapport à 2017 de manière plus marquée pour les importations que pour les exportations.

Les exportations, qui avait progressé de 4,5% en 2017, ont augmenté de 3,8% pour atteindre un montant de 491,6 milliards d’euros.

La hausse des importations a nettement ralenti à 3,8% après +6,8% pour s’établir à 551,5 milliards d’euros.

Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État chargé du Commerce extérieur, s’est félicité d’une performance “encourageante”.

“Les exportations françaises continuent de progresser. Le nombre d’entreprises exportatrices est à son plus haut niveau depuis 2003. Hors facture énergétique, le déficit commercial se résorbe de plus de 12%”, a-t-il dit dans un communiqué.

“Il y a une dynamique : plus qu’en 2017, le commerce extérieur contribue nettement à la croissance. C’est la première fois depuis 2011-2012 que nous avons deux années de suite une contribution positive du commerce extérieur à la croissance française”, a-t-il ajouté.

EXCÉDENT AVEC LES USA

La facture énergétique s’est sensiblement alourdie avec la remontée des cours du pétrole pour s’établir à 46,0 milliards d’euros l’année dernière après 39,3 milliards en 2017, soit une augmentation de 6,7 milliards.

Le déficit manufacturier s’est en revanche légèrement réduit, ressortant à 33,3 milliards d’euros après 35,7 milliards en 2017 grâce à la nette amélioration du solde aéronautique et dans une moindre mesure des soldes informatique et pharmaceutique.

Elle est en partie compensée par la forte dégradation du solde automobile (véhicules et équipements), des machines industrielles et agricoles et des produits métallurgiques.

Le solde agricole, qui avait accusé un déficit inédit en 2017, s’améliore de 1,4 milliard d’euros et renoue avec les excédents (+800 millions d’euros).

En termes géographiques, les exportations ont été particulièrement dynamiques vers les Etats-Unis, la France dégageant pour la première fois depuis des années un excédent, d’un montant de 3 milliards dans ses échanges avec ce pays, grâce à des ventes de bateaux de croisière et dans une moindre mesure à la bonne tenue des ventes de boissons.

Le président américain Donald Trump a stigmatisé à plusieurs reprises les excédents commerciaux européens avec les Etats-Unis et plaidé pour un rééquilibrage.

Vers l’Asie, la hausse des exportations est restée dynamique(+3,6%), soutenue par les ventes à la Chine et à Singapour. Le solde commercial vis-à-vis de la Chine et de Hong Kong s’est légèrement amélioré à 23,7 milliards d’euros contre 24,8 milliards en 2017.

Les ventes aux autres pays de l’Union européenne ont légèrement accéléré (+4,5% après +3,5% en 2017), en particulier vis-à-vis de l’Espagne.

AMÉLIORATION ATTENDUE EN 2019

“Il y a un effet positif de la basse croissance française qui freine les importations et qui favorise la modération salariale, ce qui améliore la compétitivité”, a commenté Stéphane Colliac, économiste France chez Euler Hermes, en réaction à ces chiffres.

L’assureur-crédit, qui table sur une croissance de l’économie française de seulement 1,2% cette année et une légère augmentation du taux de chômage qui repasserait au-dessus du seuil de 9%, ne s’attend pas à une remise en cause de la modération salariale, même après les décisions sur le pouvoir d’achat annoncées par le gouvernement en réaction au mouvement des “Gilets jaunes”.

Une poursuite des tendances observées l’année dernière combinée à un allègement de la facture énergétique avec le recul des cours du pétrole devrait favoriser une amélioration de l’ordre de 10 milliards d’euros du solde des échanges extérieurs cette année et permettre de résorber le déséquilibre des comptes courants, estime Stéphane Colliac.

“Au vu de la récente baisse des prix du pétrole et s’en tenant à la balance des biens, nous anticipons une diminution du déficit qui pourrait descendre à 48 milliards d’euros”, dit-il.

Le déficit de la balance des paiements courants de la France s’est creusé l’année dernière à 16,8 milliards d’euros après 13,1 milliards en 2017, selon des données publiées séparément par la Banque de France.

Sur l’ensemble de l’année dernière, les investissements français à l’étranger sont ressortis à 88,1 milliards d’euros tandis que les investissements étrangers en France ont atteint 49,9 milliards, selon ces mêmes données.

Sur le même thème :

3 QUESTIONS À-Une amélioration sensible du solde extérieur en vue en 2019-Euler Hermes (Marc Joanny, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below