February 1, 2019 / 4:01 PM / 5 months ago

LEAD 1-USA-Envolée des créations d'emploi; pas d'impact du "shutdown"

* Bond en avant des créations d’emplois à 304.000 en janvier

* Le taux de chômage a augmenté à 4,0% contre 3,9%

* Le salaire horaire moyen en hausse de 0,1% (consensus +0,3%)

* Pas d’impact discernable du “shutdown” sur l’emploi (Actualisé avec précisions, commentaire)

par Lucia Mutikani

WASHINGTON, 1er février (Reuters) - Le nombre de créations d’emploi aux Etats-Unis a fortement augmenté en janvier, au plus haut depuis 11 mois, montrent les statistiques publiées vendredi qui soulignent la vigueur sous-jacente de l’économie malgré des perspectives plus moroses qui incitent la Réserve fédérale à la prudence en matière de relèvement des taux d’intérêt.

Le département du Travail a annoncé qu’il n’y avait pas eu d’impact “discernable” de la fermeture partielle des administrations américaines sur la croissance de l’emploi.

En revanche, le “shutdown” a accru le taux de chômage à son plus haut niveau depuis sept mois, à 4,0%.

Le nombre de créations de postes a atteint 304.000 le mois dernier, son plus haut niveau depuis février 2018. La hausse des créations d’emploi est due notamment aux secteurs de la construction, de la distribution et des services aux entreprises, ainsi que de la restauration et de l’hôtellerie.

Toutefois, les statistiques de décembre et novembre ont été revues en baisse, de 70.000 au total.

Le “shutdown” a mis 380.000 employés au chômage mais le président Donald Trump a signé une loi leur garantissant leur salaire. En conséquence, ils ont été inclus dans les chiffres de l’emploi de janvier.

Néanmoins, ils ont été considérés comme chômeurs temporaires dans l’enquête distincte qui sert à calculer le taux de chômage, ce qui a porté ce taux à 4,0% contre 3,9% en décembre.

Une mesure plus large du chômage, qui inclut les personnes qui souhaitent travailler, mais qui ont abandonné leurs recherches, et ceux qui travaillent à temps partiel parce qu’ils ne peuvent pas trouver d’emploi à plein temps, a atteint un pic de 11 mois à 8,1% contre 7,6%, gonflé par le “shutdown”.

DÉCEPTION SUR LE SALAIRE HORAIRE

Ce rapport sur l’emploi est publié deux jours après que la Fed a laissé entendre que son cycle de resserrement des taux pourrait être déjà achevé, notamment en raison la volatilité des marchés et du ralentissement de la croissance mondiale.

Elle a annoncé qu’elle serait patiente en matière de taux d’intérêt et a abandonné dans son communiqué la référence à la perspective de relèvements supplémentaires.

“La Fed a fait marche arrière pour ce qui est de nouvelles hausses de taux cette année et on peut dire qu’elle s’est bien trompée dans ses prévisions sur l’évolution de l’économie”, dit Chris Rupkey, économiste en chef chez MUFG à New York. “Les entreprises américaines n’ont rien lâché sur leurs embauches en réaction aux risques au niveau de l’économie mondiale.”

Le salaire horaire moyen a augmenté de trois cents en janvier, soit une hausse de 0,1%, après une augmentation de 0,4% le mois précédent. En rythme annuel, sa hausse atteint 3,2%.

Le taux de participation de la main d’oeuvre, qui mesure la proportion de la population en âge de travailler qui occupe ou cherche un emploi, a augmenté, à 63,2% le mois dernier après 63,1% en décembre.

Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne 165.000 créations d’emplois, un taux de chômage stable à 3,9% et une progression du salaire horaire moyen de 0,3%.

Les chiffres supérieurs aux attentes des créations d’emplois ont permis à Wall Street, qui avait ouvert en ordre de dispersé, de s’inscrire franchement en hausse, soutenue aussi par d’autres indicateurs meilleurs que prévu, qu’il s’agisse de l’indice ISM manufacturier pour le mois de janvier ou des dépenses de construction pour le mois de novembre, publiés séparément.

Quant au dollar, il a brièvement limité ses pertes face à un panier de devises de référence avant de retrouver son niveau d’avant la publication.

“Nous avons eu une brève réaction à la hausse du dollar face au nombre élevé de créations d’emplois et à un rapport solide dans l’ensemble. Mais la déception sur les salaires renforce probablement l’attitude patiente adoptée par la Fed, ce qui a freiné le dollar”, a dit Eric Viloria, responsable de la stratégie devises chez Crédit agricole à New York.

Tableau: (Lucia Mutikani, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Marc Joanny)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below